Scrum et l’organisation en place

Une raison d’échec importante de la mise en place d’une approche Agile est la manière dont elle se confronte à l’organisation déjà en place dans l’entreprise.

1. Que faire des responsabilités existantes ?

Un premier sujet évident est relatif à la transformation nécessaire des rôles. Comme nous l’avons déjà vu, la méthode Scrum ne reconnaît aucun autre rôle que celui de PO, Scrum Master et membre de l’équipe de développement. Par conséquent un chef de projet, un manager d’équipe, un responsable de domaine technique ou un architecte n’ont pas d’existence « légale » au sens de la méthode.

Pour autant, il est fort possible que ces responsabilités existent déjà dans l’organisation dans laquelle on essaie de déployer Scrum et que le fait de les avoir en charge est un point extrêmement important pour les personnes auxquelles elles ont été attribuées. Alors que faire ?

Affirmer que tout cela n’existe plus et que chacun se verra allouer une étiquette correspondant strictement au rôle Scrum est parfaitement irréaliste, voire totalement contre-productif dans la plupart des entreprises et risquerait de mettre à mal la mise en place même de la méthode (cf. la section sur la résistance d’intérêt...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP3SCRU.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Big-Bang ou déploiement progressif ?
Suivant
En finir avec les idées reçues