Sommaire

L’éthique et les comités d’éthique

Il est évident pour toute personne confrontée à l’intelligence artificielle en général et à l’informatique cognitive en particulier que les outils qui en sont issus posent des questions éthiques qu’il faut absolument considérer et sur lesquelles un « consensus éthique » doit être obtenu.

Ce consensus doit être négocié au niveau des entreprises, mais aussi des états, des gouvernements, des scientifiques et des utilisateurs.

Comme le mentionne Peter Sondergaard qui dirige la recherche au sein de Gartner : « Nous construisons en réalité des machines qui apprennent par expérience et sont capables de produire des résultats que leurs concepteurs n’avaient pas explicitement envisagés. »

Ces résultats non envisagés doivent nous faire prendre conscience de l’obligation pour l’humain de garder la maitrise de la situation.

1. Les principes à suivre

Un certain nombre de principes ont déjà été émis par la communauté scientifique qui devraient, s’ils sont appliqués, permettre de mieux gérer l’intégration de l’intelligence artificielle dans nos vies et son interaction avec les humains.

La liste publiée par l’institut « The Future of Life Institute (FLI) » fait un état des lieux ...