Exemple appliqué : les états de Bell

1. Contexte

À ce stade, un environnement de type Microsoft Quantum Development Kit est accessible sur votre machine, que ce soit avec l’environnement de développement Microsoft Visual Studio ou avec Visual Studio Code. L’idée est donc à présent de commencer à réaliser des simulations quantiques et de commencer à coder en Q#. Dans la documentation officielle de Microsoft, le premier réel exemple de réalisation se propose de simuler les états quantiques de Bell qui correspondent peu ou prou aux états intriqués les plus simples à simuler. Avant d’expliquer pas à pas la création puis le codage du projet « états de Bell », revenons d’abord sur la nature de ces états quantiques en physique quantique.

2. Les états de Bell

Les états de Bell correspondent à des états quantiques de deux bits quantiques qui représentent les exemples maximaux d’intrication quantique. Ces états intriqués portent le nom de John Stewart Bell, auteur des inégalités de Bell, concept largement traité dans le présent ouvrage.

Les états de Bell correspondent donc à quatre états quantiques, relatifs à deux bits quantiques.

Si on définit nos deux bits quantiques en entrée du circuit quantique comme le bit quantique A (Alice) et B (Bob), alors les quatre états...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPQINF.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Contexte
Suivant
Plus loin dans le développement Q#