CLI CLI

Docker-compose est livré avec son propre CLI, différent de celui de Docker. Il permet de manipuler directement la durée de vie de l’infrastructure que vous voulez mettre en œuvre et reprend majoritairement la logique du CLI de Docker. 

1. Mise en place

Les commandes du CLI considèrent qu’il existe un fichier appelé docker-compose.[yml/yaml] dans le répertoire d’exécution courant. Chacune des commandes peut être exécutée avec l’argument -f ou --file pour préciser le nom du fichier au lieu d’utiliser celui défini par convention.

Lorsque le fichier docker-compose est rédigé, il va être nécessaire de créer l’infrastructure correspondante. Il y a plusieurs façons de réaliser cela.

De prime abord, on peut s’assurer que le fichier Compose est correctement décrit (qu’il n’y a ni erreurs de syntaxe, ni problèmes d’indentation), à l’aide de la commande config :

docker-compose config [OPTIONS] 

En plus de valider votre configuration, cette commande va également afficher sur la console certaines informations, comme par exemple les services ou les volumes qui sont décrits dans votre fichier. Il est possible de se passer de cet affichage grâce à l’option -q, la commande se chargeant alors de simplement valider votre fichier.

Ensuite, on peut construire les images décrites dans le fichier, à l’aide...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EIDOCDNET.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Syntaxe du fichier Compose
Suivant
Introduction