Introduction

Comme nous l’avons vu précédemment, nous avons un ensemble de serveurs susceptibles d’héberger nos applications et il nous est devenu possible de choisir le ou les serveurs sur lesquels les déployer ou les redéployer.

Néanmoins, il nous faut toujours choisir le serveur physique disponible sur lequel déployer eni-todo et vérifier qu’il a des ressources suffisantes. Il faut vérifier l’espace disque, les ports à configurer, la mise à jour du DNS interne, etc.

Si nous avons une opération de maintenance à faire, il faut basculer la charge, c’est-à-dire les applications existantes, depuis le serveur à mettre à jour vers un ou plusieurs serveurs qui resteront disponibles et qui pourront héberger nos applications le temps de l’opération de maintenance, le tout bien entendu sans arrêter de fournir le service.

Ce parcours des serveurs disponibles pour choisir le candidat sur lequel déployer notre application est fait manuellement ou semi-manuellement avec des commandes Ansible vers les serveurs candidats.

L’automatisation de ce type de tâche est le rôle d’un orchestrateur.

Nous allons voir dans ce chapitre ce qu’est un orchestrateur, comment il fonctionne, et nous initier au plus connu et puissant d’entre eux : Kubernetes.

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPHADIS.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Solution d'exposition Internet avec Quagga
Suivant
Abstractions d’orchestration