L’utilisation des POJO (Plain Old Java Objects)

Le projet Java que nous venons de présenter montre comme écrire une fonction AWS Lambda qui reçoit un événement comme argument d’entrée. Cet événement est représenté le plus souvent comme un objet de classe HashMap où, aussi bien les clés que les valeurs, sont des chaînes de caractères. Le plus souvent, mais pas toujours, car rien n’empêche que notre argument d’entrée soit un JavaBean, ou POJO, comme on les appelle également.

Un POJO est un objet qui encapsule de la logique métier, en général une classe appartenant au domaine de votre application comme Customer, Order, Employee, etc. Pour qu’un objet Java se qualifie en tant que POJO il doit satisfaire les conditions suivantes :

  • Sa classe ne doit être ni une sous-classe d’entreprise ni l’implémentation d’une interface d’entreprise. Par classe ou interface d’entreprise, nous entendons ici des classes ou interfaces appartenant au package javax ou jakarta.

  • Il ne doit pas contenir d’annotations d’entreprise, par exemple @javax.persistence, etc.

Tout POJO est un JavaBean, mais tout JavaBean n’est pas un POJO. Car pour être un JavaBean, un POJO doit :

  • implémenter l’interface java.io.Serializable

  • toutes ses propriétés doivent être privées

  • toutes ses propriétés doivent avoir...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv-EIAWSL.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L’interface RequestHandler
Suivant
L’interface RequestStreamHandler