Une addiction sociologique et technologique ADDICTION:Sociologique

Depuis la montée du capitalisme des années 70, l’individualisation n’a presque rarement cessé de se développer. Malgré le mouvement compensatoire lié au Covid, au besoin de solidarité et de reconstruction sociale, les hommes ne cessent d’être de plus en plus individualistes. Par ailleurs, l’essor du mobile et des technologies permettent aux médias (qu’ils soient sociaux ou non) de maîtriser cette dépendance.

Une addiction favorisée par un contexte d’individualisation excessive  ADDICTION:Individualisation

Concentrés sur leurs besoins individuels et valorisés dans cette démarche grâce à la publicité et le marketing en général, les gens se sentent seuls. Cela leur donne un sentiment de liberté, d’indépendance, d’autonomie, ce qui apporte une satisfaction évidente. Mais cela apporte également des comportements sociaux consuméristes.

Ainsi, dans l’histoire des peuples, en général on restait solidaire pour des raisons à la fois culturelles et économiques. Les foyers étaient plus importants en taille. Puis sont apparus les divorces, les célibataires endurcis.

En termes de statistiques, nous étions en 1970 à un taux de nuptialité (nombre de mariages pour 1000 habitants) de 7,8 contre 3,4 en 2017. En d’autres...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_MB7RESSO.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Peut-on parler d’une addiction aux réseaux/médias sociaux ?
Suivant
Un besoin fondamental de dynamiser son carnet d’adresses