Sommaire

L’avenir du Raspberry Pi

Avec le Raspberry Pi, la Fondation a démontré qu’il est tout à fait possible de réaliser un ordinateur vraiment utilisable pour une somme fixée dès le départ à 35 $. L’engouement qu’il a suscité est la preuve qu’il répond à un besoin auquel n’avaient pas su répondre les Arduino, BeagleBoard et autres cartes.

La sortie du Raspberry Pi a "secoué" ce petit monde. De nouvelles cartes aux performances améliorées et aux prix serrés viennent piétiner les plates-bandes du Raspberry Pi. Intel met sur le marché fin novembre 2013 une carte baptisée Galileo, équipée d’un Pentium à faible consommation (SoC Quark X 1000) et compatible avec l’Arduino Uno R3, ses shields (cartes d’extension) et ses sketchs (programmes). Cette carte est vendue 55 € et est distribuée gratuitement à 50 000 exemplaires à 1 000 universités à travers le monde.

Des cartes dérivées du Raspberry Pi baptisées Banana Pi ou encore Orange Pi, dotées de performances plus élevées (processeur A20 ou A31, 1 Go de RAM, prise SATA, horloge RTC…) se positionnent sur le créneau du Raspberry Pi. Leur prix reste cependant plus élevé (autour de 50 € pour les versions de base) et l’absence d’une réelle communauté est un frein à ...