Goto et les traitements d’exception

Problème

Votre programme doit traiter une situation exceptionnelle et vous souhaitez placer à part le code qui la traite pour ne pas diminuer la lisibilité du code principal.

Solution

Une situation exceptionnelle nécessite une section de code à part. Le plus simple est de s’y brancher avec un goto employé à bon escient.

Discussion

L’instruction goto est maudite. En effet, aux débuts de l’informatique personnelle dans les années 1980 est apparu le langage BASIC dont une des caractéristiques à cette époque était d’obliger la numérotation des lignes. Une autre caractéristique était l’instruction GOTO qui permettait de se brancher de façon inconditionnelle à la ligne indiquée en argument. Par ailleurs, l’instruction IF était limitée car le code à exécuter en fonction de la condition devait tenir sur la suite de la ligne. La notion de blocs d’instructions n’existait pas. Cela entraîna l’écriture de lignes très longues, à l’origine de la dénomination dite de code spaghetti. Pour éviter ces longs spaghetti indigestes, les programmeurs ont utilisé l’instruction GOTO conjointement à IF puis à tort et à travers, en particulier pour écrire des boucles ou en sortir.

Les langages ont par la suite évolué et pour faciliter la maintenance...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EI3CACT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Le bon usage des macros
Suivant
Introduction