Participer à une chaîne de blocs

Pourquoi réinventer la roue quand on est face à un garage qui en a de toutes les tailles et de tous les types en rayon ? C’est la première question à se poser une fois que l’on a identifié qu’on a besoin de stocker nos informations sous la forme d’un registre décentralisé.

1. Identification et authentification Identification Authentification

Commençons par éviter une confusion. Un des scénarios d’usage des chaînes de blocs est celui de la vérification d’identité et en particulier du KYCKYC (Know Your Customer) nopage>Know Your Customer:Voir KYC. Nous aurons l’occasion d’y revenir, mais pour le moment, ce n’est pas de cette identité dont nous parlons, mais bien de celle qui vous permet de vous identifier en tant que participant à une transaction enregistrée dans une chaîne de blocs.

Comme nous l’avons vu précédemment, la clé privée va permettre l’identification des acteurs d’une transaction. Ces clés permettent d’identifier potentiellement des milliards d’individus, d’objets ou d’organisations. En effet, si la question de l’identité d’un individu ne pose pas d’interrogation primaire en soi, celle d’un objet est tout aussi importante dans un monde de contrat intelligent où une transaction peut être initiée...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EIBLOAWS.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Registres et chaînes de blocs
Suivant
Créer une chaîne de blocs