Le profilage à l’épreuve de l’IA

Le RGPD est le premier texte à avoir apporté un éclaircissement juridique au profilage. Il le définit comme « toute forme de traitement automatisé de données à caractère personnel consistant à utiliser ces données à caractère personnel pour évaluer certains aspects personnels relatifs à une personne physique, notamment pour analyser ou prédire des éléments concernant le rendement au travail, la situation économique, la santé, les préférences personnelles, les intérêts, la fiabilité, le comportement, la localisation ou les déplacements de cette personne physique.9 »

images/P3-02DP03.png

Le RGPD délimite ainsi la notion de profilage en se focalisant sur les traitements automatisés de données personnelles ayant pour but l’évaluation d’un individu. Le profilage implique en effet la notion d’appréciation et de jugement comme le rappelle le G29 dans ses lignes directrices10.

Le profilage est souvent mis en place via des applications d’IA. À titre d’exemple, dans le secteur bancaire, l’IA « peut se substituer aux experts financiers pour analyser de façon extrêmement précise et rapide l’historique bancaire, la situation professionnelle, les revenus, ou encore le patrimoine des clients dans le cadre de demandes...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L’IA dans une démarche Privacy by design
Suivant
Notes