Introduction

Alors que les ordinateurs disposent de plus en plus d’espace de stockage ou de bande passante vers le réseau, il reste encore préférable dans de nombreux cas de compresser les données, par exemple pour manipuler des fichiers plus petits, comme c’est déjà le cas avec les images ou la vidéo (formats JPEG, PNG, MPEG, DivX...). Pour une compression sans perte, le programmeur C se tournera principalement vers deux bibliothèques qui implémentent deux algorithmes de compression différents, à savoir l’ancienne libz et la plus récente libbzip2. La compression sans perte garantit qu’un fichier compressé, lorsqu’il est décompressé, est identique au fichier original. Elle diffère de la compression avec perte, comme implémentée par le format MP3 (MPEG1 couche 3), généralement acceptable car l’oreille n’est pas souvent apte à remarquer les pertes.

Avant de vouloir tout compresser, il faut savoir que la compression fonctionne très bien avec certains types de données et plutôt mal avec d’autres. Ainsi, les résultats obtenus sur des fichiers déjà compressés seront décevants, ce qui peut se comprendre. Parmi les fichiers déjà compressés, nous pouvons citer certaines images, certains fichiers sonores et la plupart des fichiers contenant de la vidéo. Le tableau suivant récapitule ceux-ci...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EI3CACT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Éviter certains pièges linguistiques
Suivant
Lire un fichier compressé