Les années 2020 : quel avenir pour l’impression 3D ?

Lors de la dernière décennie, le budget mondial consacré à la recherche en fabrication additive n’a pas arrêté d’évoluer, devenant l’un des plus gros budgets alloués à la recherche au monde. Les secteurs les plus importants concernent l’impression 3D médicale, la bio-impression 3D d’organes et de tissus et l’impression 3D à destination de l’industrie du bâtiment. Juste derrière, on retrouve les technologies de fabrication industrielles SLM et SLS en vue d’optimiser la production de pièces pour les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile.

À titre d’exemple, l’impression 3D permet aujourd’hui de miniaturiser et d’alléger les moteurs de Formules 1 afin, entre autres, d’optimiser le rendement poids/puissance ainsi que la consommation du véhicule. Et c’est exactement dans ce sens que l’industrie automobile se dirige. Il en est de même dans l’industrie aéronautique, où l’objectif est de créer de nouvelles pièces plus légères et tout aussi résistantes en impression 3D dans le but de réduire la consommation des aéronefs.

Dans le domaine médical, le but, à terme, est de pouvoir solutionner le manque de dons d’organes au niveau mondial grâce à la bio-impression d’ici...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_LF3DIMP.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les années 2010 : la démocratisation
Suivant
Des technologies additives qui répondent à des besoins spécifiques