Sommaire

Conclusion

Scratch sur le Raspberry Pi reste en version 1.4, mais la puissance du Raspberry Pi 3 et les nombreuses améliorations et ajouts apportés au programme le rendent beaucoup plus agréable à utiliser.

La version apparue fin 2015 avec Jessie a été fortement améliorée, avec en particulier l’adoption d’une machine virtuelle Squeak dans laquelle Scratch fonctionne, en remplacement de l’ancien moteur de Scratch. Sur le même Raspberry Pi, les performances de Scratch sont multipliées de 3 à 10 fois selon le test réalisé. Le nombre de trames affichées par seconde a été doublé, passant de 15 à 30 pour une meilleure fluidité des animations.

L’introduction d’un serveur GPIO fournit un moyen simple d’accéder aux entrées/sorties et aux cartes additionnelles. Ce serveur gère également la caméra et donne accès à l’adresse IP, la date et l’heure de la machine. Il devient ainsi possible d’imaginer un programme Scratch qui prend une photo lorsqu’on appuie sur un bouton poussoir et appose la date et l’heure de prise de vue sur l’image.

Au moment où ces lignes sont écrites, les cartes Sense-HAT, Pibrella, Explorer HAT, PiFace, PiLite et Ryanteck motor Board sont supportées. D’autres cartes devraient s’ajouter à la liste.

Vu à l’origine comme un outil destiné à l’apprentissage ...