Sommaire

Configurer localement un serveur Core

L’absence des consoles d’administration n’incite pas à administrer localement un serveur Core, ce qui est une partie de l’objectif. Une fois la configuration minimum effectuée, il suffit de s’y connecter depuis un hôte distant qui lui possède les consoles d’administration permettant de s’affranchir de ces contraintes. Cette section couvre la configuration initiale pour autoriser une administration décentralisée.

Avec Windows Server 2016, il est même possible d’utiliser la console Gestionnaire de serveur pour gérer un serveur Core (en activant winrm sur le serveur Core au préalable).

En mode Core, lorsqu’on ouvre une session, c’est l’invite de commandes qui sert d’interface et s’ouvre automatiquement. Pour faire de PowerShell l’invite de commandes par défaut sous Windows Server 2016, suivez la méthode suivante en invite de commandes PowerShell :

 $RegPath = "Microsoft.PowerShell.Core\Registry::HKEY_LOCAL_MACHINE\ 
SOFTWARE\Microsoft\Windows NT\CurrentVersion\winlogon" 
 
Set-ItemProperty -Confirm  -Path $RegPath -Name Shell -Value 
’PowerShell.exe -noExit -Command "$psversiontable’ 
 
Restart-Computer

1. Sconfig

Afin de simplifier la configuration initiale d’un serveur Core, on utilise l’outil sconfig. Il permet de configurer les éléments suivants à travers un menu interactif : ...