Sommaire

Le bouton poussoir

images/06-18.png

Assortiment de boutons

C’est certainement le composant électronique le plus simple. Quand on appuie, il établit le contact (on dit que le circuit est fermé) et permet le passage du courant. Si on arrête d’appuyer, un système de ressort coupe automatiquement le contact (le circuit est ouvert) et le courant ne peut plus passer.

Il en existe de nombreux modèles, vous pouvez en achetez un lot pour une somme modique ou en récupérer sur de vieux appareils hors d’usage. Par exemple, un vieux clavier à touches mécaniques contient une centaine de boutons poussoirs d’excellente qualité, mais pour les mériter, il faudra passer quelques heures à les dessouder.

Certains n’ont que deux pattes, ils sont donc plus faciles à utiliser. Les boutons à trois pattes ont souvent une patte qui établit le contact au repos, une autre qui établit le contact quand on appuie (celle que l’on utilise le plus souvent) et la troisième est la patte commune, reliée aux deux autres en fonction de l’état du bouton (appuyé ou relaché). Certains boutons ont quatre pattes. En général, les pattes sont reliées deux par deux, ce qui fait que si vous vous trompez, le circuit sera toujours fermé (que vous appuyiez ou non). L’astuce pour ne pas trop s’embêter est d’utiliser la diagonale pour les connecter.

En cas de doute, prenez le temps de tester au multimètre ...