Une sensibilité à la protection des données en développement et à développer

Georges Orwell avait vu juste dans son livre prophétique, 1984. Quelques décennies après, l’œil du « big brother » n’est pas aussi vicieux que celui décrit, mais il est omniprésent, d’où une vigilance nécessaire de la part des individus eux-mêmes. Finalement qui a encore le pouvoir ? La demande ou l’offre ?

Cette question originelle redevient d’actualité avec la généralisation des objets connectés. À court terme, ces objets sont bel et bien au service de l’individu, mais à moyen et long terme, avec le stockage et donc l’utilisation de milliards de données, la balance ne sera plus équilibrée, voire elle penchera très certainement du côté de l’offre.

1. Perception des objets connectés par les consommateurs… et l’État

La nouvelle génération d’objets, que représentent les objets connectés sont-ils en adéquation avec la nouvelle génération d’utilisateurs ? Autrement dit, devant la puissance et l’ingéniosité des produits connectés, les consommateurs sont-ils vigilants ou au contraire permissibles à la livraison des données qui leur appartiennent ?

L’enquête en 2014 par Havas Média...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPOC.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les données, clés du business
Suivant
Une législation aux balbutiements