Document préalable : la lettre de mission

Nous l’avons vu, avoir du leadership et une équipe qui vous porte est essentiel pour le succès du projet.

Mais avoir la légitimité hiérarchique est tout aussi indispensable. Il ne faut pas hésiter à demander, réclamer au sponsor ou au commanditaire du projet de communiquer sur votre rôle de chef de projet.

Peu importe le moyen de communication : e-mail, note de service, etc., l’objectif principal est d’avoir la légitimité officielle et d’être reconnu comme le gestionnaire du projet.

Outre l’avantage évident d’être le responsable officiel du projet et donc le point de référence officiel unique, un second avantage découle de cette lettre de mission.

Même si les collaborateurs destinataires de l’information ne retiennent rien ou presque rien de l’information qu’ils ont reçue, quand vous les solliciterez sur le projet, ils se remémoreront les grandes lignes de la lettre de mission et feront rapidement le lien entre votre demande et le projet. En somme, vous êtes annoncé et vous gagnez du temps dans la communication et l’introduction sur le projet lors d’une sollicitation.

1. Le nom de code du projet

Tout aussi important que la lettre de mission, et quels que soient la taille et le périmètre du projet, trouver un nom de code accrocheur pour le projet que vous pilotez vous permet de gagner en adhésion...

couv_DP2PROSEC.png

Découvrez 

le livre :

Aussi inclus dans nos :

Précédent
Qu’est-ce qu’un projet ?
Suivant
Étape 1 : la préparation de projet