Sommaire

Traiter des réseaux de données

1. Spécificité des réseaux de données

Jusqu’à maintenant, les exemples traités dans ce livre n’ont concerné que des données tabulaires, c’est-à-dire qui pouvaient s’exprimer sous forme de lignes contenant chacune un ensemble de valeurs correspondant à des colonnes qui leur étaient communes. Les lignes n’avaient donc aucune relation entre elles : elles pouvaient être considérées de manière indépendante, et le fait d’utiliser seulement une partie d’entre elles était totalement valide.

Il existe - bien qu’ils soient beaucoup moins nombreux que les exemples de données tabulaires - des cas où les données sont mieux décrites sous forme de réseaux reliant des entités les unes aux autres. Les entités sont alors appelées des nœuds. Les nœuds portent des données de la même manière que des lignes d’un tableau le feraient. Mais en plus de ces nœuds, les réseaux comprennent des liens entre ces nœuds, qui eux-mêmes peuvent être porteurs de données. Une donnée de base sur les liens est leur aspect directif. Si l’orientation d’un lien d’un nœud vers un autre a du sens, et que les nœuds ne sont pas simplement reliés, mais qu’un point qui va vers l’autre n’a pas la même signification ...