Bonnes pratiques de définition d’une politique de gouvernance

Abandonnons un peu le conceptuel pour revenir à un pragmatisme plus en phase avec nos origines rurales. Parce qu’enfin, une fois que l’on s’est accordé sur l’objectif de manger plus sainement, il convient de savoir si c’est dans nos moyens, en accord avec les besoins de croissance des uns et des autres, définir les menus, faire les courses et la cuisine. Il en va de même avec la gouvernance de la sécurité. Définir des objectifs est une chose, les décliner de manière opérationnelle en est une autre.

1. Préciser les objectifs

La direction a donc exprimé un objectif stratégique, fruit d’une réflexion assurément mûrie.

Sans aller supposer qu’un directeur général puisse avoir des côtés versatiles, il convient dans un premier temps de s’assurer de notre bonne compréhension de l’objectif formulé par la Direction, des enjeux qu’il représente ou des raisons motivant cette décision. Un entretien avec la Direction est donc indispensable afin d’être certain de bien maîtriser les tenants et les aboutissants. S’agit-il d’améliorer la sécurité pour être en conformité avec des exigences réglementaires, pour répondre aux exigences de grands donneurs d’ordre, pour aller vers de nouveaux marchés contraints, pour...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPSECISO.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Politique de gouvernance et politique de sécurité
Suivant
Bonnes pratiques de rédaction d’une politique de sécurité