L’autonomie individuelle à l’épreuve de l’IA

Deux types de profilage font courir des risques à l’autonomie individuelle : il s’agit tout d’abord du profilage publicitaire réalisé par les Big Tech et du profilage sécuritaire réalisé pour le compte des autorités.

1. L’analyse prédictive à des fins commerciales

Rappelons que l’article 22 qui interdit le profilage prévoit en son point 2. c) que le profilage est autorisé du fait d’un consentement explicite de la personne concernée.

C’est précisément cette exception que font jouer les GAFAMGAFAM dans leurs conditions générales d’utilisation.

Collecteurs de mégadonnées par excellence, du simple like au trajet de la souris en passant par les nombreuses données d’identité renseignées par l’utilisateur, les opérateurs de réseaux sociaux mettent en œuvre des traitements d’une précision bien supérieure à celle de l’être humain dans l’analyse de leur personnalité et la prédiction de leur comportement.

Ces traitements posent de réelles problématiques au regard du RGPD. Dans ces conditions, les articles 9 et 22 du RGPD prévoient le recueil d’un consentement renforcé, éclairé et informé. Or, dans la situation dominante qu’occupent les GAFAM...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L'enjeu spécifique de la protection des données personnelles
Suivant
Notes