Introduction

Les avantages des chaînes de blocs sans leur caractère distribué, c’est ce que propose Amazon avec Quantum Ledger Database (QLDB). De prime abord, on peut se demander à quoi ça sert. Nous avons parlé de l’inviolabilité et du non-reniement des chaînes de blocs, deux de leurs caractéristiques clés. Il existe de nombreux cas d’usage qui les nécessitent, sans pour autant avoir besoin de décentraliser la base de données. QLDB

Prenons par exemple le cas d’une base de données d’employés, permettant de suivre leurs carrières au sein d’une même entreprise. Pas besoin, a priori, de décentraliser cette base de données. En revanche, ne pas pouvoir effectuer de modification une fois les données enregistrées semble être une bonne idée. Un système comme QLDB démontre alors tout son intérêt.

Dans les pages qui suivent, nous allons parcourir les détails de la mise en œuvre de QLDB, tant d’un point de vue de la gestion d’un registre, de sa création à sa sécurisation, que de celui de son accès au travers d’une application cliente. Nous alternerons donc entre l’interface de la console AWS et celle de Visual Studio que nous utiliserons comme IDE pour développer une application simple d’accès à notre registre.

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EIBLOAWS.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Registres et chaînes de blocs dans AWS
Suivant
Préparation de l’environnement de développement