Introduction

Les programmes ont vocation à manipuler des données. Stocker ces dernières de façon sûre est essentiel, autant pour l’efficacité du programme que pour la lisibilité du code source. Le choix de certaines structures de données est évident, et nous pourrons citer les entiers, les nombres à virgule flottante ou les chaînes de caractères. Mais dès qu’il s’agit de listes de données, nous hésiterons sur le type de tableau à adopter ou même nous nous demanderons si le tableau est le plus adapté. Les recettes suivantes montrent certaines structures de données à partir de besoins génériques et indiquent en quoi elles sont adaptées.

Ce chapitre fait beaucoup appel aux structures de données définies dans la bibliothèque glib. Rappelons que les options du compilateur peuvent être obtenues avec glib-config --cflags ou pkg-config glib-2.0  --cflags, et les options de l’éditeur de liens avec glib-config --libs ou pkg-config glib-2.0 --libs. Dans le code source, veillez à inclure l’en-tête nécessaire de cette manière :


#include <glib.h>
 

Étant donné le nombre de fonctions de glib utilisées dans ce chapitre, nous n’y avons pas inclus les prototypes de ces fonctions. Vous pourrez les obtenir dans la documentation fournie avec la bibliothèque (dont l’emplacement varie suivant...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EI3CACT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Utiliser syslog
Suivant
Choisir une structure pour une liste de données