Manipuler des bits quantiques en Q#

1. Utiliser un registre de bits quantiques Registre de bits quantiques

Comme nous l’avons entraperçu plus tôt, il est d’usage d’utiliser using pour créer et utiliser en mémoire un registre de bits quantiques. Dans l’exemple suivant, on utilise un registre de trois bits quantiques :

using (register = Qubit[3]) { 
   // On fait quelque-chose 
} 
Lorsqu’il est initialisé, un bit quantique est à la valeur images/eq56.PNG c’est-à-dire le vecteur (1 0) ou exprimé en Q# la valeur Zero (par opposition à One). Ici, l’initialisation correspond à quelque-chose qui peut s’écrire images/eq204.png, c’est-à-dire que chaque bit quantique qui compose le registre est à la valeur Zero et donc représenté par le vecteur (1 0).

2. Première approche des portes quantiques en Q#

a. Les primitives en Q# Primitive en Q#

Les primitives correspondent ni plus ni moins aux portes quantiques étudiées précédemment dans le livre. Elles sont au cœur du fonctionnement des opérations, ces callables en charge de la partie quantique, par opposition au rôle des fonctions.

On en a déjà entraperçu certaines et notamment les portes à un bit quantique en entrée comme X, Y et Z qui correspondent aux portes quantiques Pauli-X (NOT), Pauli-Y et Pauli-Z. Nous avons également vu H, la porte de Hadamard.

L’exemple suivant, librement inspiré...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPQINF.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Les variables en Q#
Suivant
Tester son code quantique et le déboguer