Sommaire

Les cas où la donnée personnelle perd son pouvoir identifiant

Comme nous l’avons vu, ce qui caractérise une donnée « personnelle », c’est son pouvoir identifiant. Autrement dit, c’est la capacité de la donnée à isoler un individu parmi d’autres de façon suffisamment précise pour que, directement ou par recoupement, on puisse remonter jusqu’à l’individu personne physique.

Cependant il est des cas où une donnée, qui originairement caractérisait un individu, perde son pouvoir identifiant, ou du moins que ce dernier devienne moins fort et donc moins sujet à des recoupements. Il s’agit de l’anonymisation et de la pseudonymisation.

L’anonymisation est un « traitement » de données à caractère personnel dont le but consiste à empêcher irréversiblement l’identification de la personne concernée. Il n’existe dès lors plus aucune table de correspondance permettant de remonter jusqu’à la personne concernée. Lorsqu’une donnée est anonymisée, elle perd complétement son caractère identifiant, ce qui signifie qu’elle n’est plus soumise aux règles protectrices du RGPD. Aucune réversibilité n’est possible. Cette donnée, devenue une information « neutre », pourra alors être traitée comme n’importe ...