Du risque financier au risque pénal, la gestion des risques Risque:financier Risque:pénal Risque:gestion des risques

Dès les origines de l’informatique, le patrimoine informationnel d’une organisation a représenté une valeur suffisamment essentielle pour se doter des moyens de lutter contre la perte, le vol ou l’altération de ce patrimoine. Les premiers systèmes de traitement de l’information ont assez vite vu arriver les systèmes de sauvegarde et les moyens de reconstituer leur fonctionnement normal dans des délais plus ou moins longs selon l’importance accordée à ces systèmes. Longtemps la nature du risque concernant aussi bien le patrimoine informationnel que le bon fonctionnement des systèmes n’a été que d’ordre financier en termes de conséquences. L’interruption possible d’un système d’information de production ou de gestion, comme la perte ou l’altération de données, emportaient essentiellement un risque de perte financière : baisse ou retard de chiffre d’affaires, coût de remise en état des systèmes ou encore coût de reconstitution des données perdues ou altérées.

De nos jours, si l’Internet a considérablement aggravé la vulnérabilité des systèmes d’information par leur ouverture aux partenaires et clients des entreprises ou aux usagers des services...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DP2PILSI.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Le bug et la faille sont dans les interstices
Suivant
Le management des SI se prête particulièrement à l’analyse systémique