Conclusion

L’implémentation de la couche générique n’est pas forcément très simple mais elle apporte certains avantages concernant les points suivants :

  • La facilité d’évolution de codes : si on change de nom d’un champ, on ne reprend pas toutes les requêtes, le changement dans l’annotation doit suffire. 

  • Rajouter des tables et des entités devient relativement aisé : une simple configuration de la classe permet d’interfacer la nouvelle table et la ou les nouvelles relations.

  • On minimise et centralise les endroits où du code SQL est créé et exécuté, ce qui facilite la maintenance.

La généricité s’obtient toujours au détriment de la performance. Il faut rester raisonnable et trouver le bon curseur entre ces deux concepts importants de l’informatique, qui se trouvent souvent à deux opposés par rapport aux besoins réels de l’application.

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_RIDELPH.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Un moteur d'accès aux données générique
Suivant
FireMonkey