Sommaire

Souveraineté

La souveraineté ne souffre d’aucune ambiguïté. En droit, elle se définit comme la détention de l’autorité suprême. Dans le cadre du cloud, la souveraineté désigne donc le pouvoir absolu sur ses données et applications.

Que la chose soit entendue dès le départ : utiliser le cloud, c’est perdre un peu de son pouvoir et de son autorité, pour en contrepartie, gagner en souplesse et en performance, et accéder à des services innovants ou financièrement et technologiquement impossibles à obtenir localement.

Imaginons que vous décidiez d’externaliser votre application de gestion de la relation client (CRM). Application et données sont alors stockées sur les serveurs de votre prestataire de services. Vous confiez donc à ce dernier la gestion du matériel, des sauvegardes, de l’accès, etc. Il est clair que vous abandonnez une partie de votre pouvoir en contrepartie d’une meilleure qualité de service, par exemple, ou d’un accès universel et rapide.

Quelques mois plus tard, votre organisation est empêtrée dans un scandale financier et le parquet ordonne l’accès à vos données clients stockées dans la base de données de votre CRM. Si le prestataire est situé dans le même pays que votre établissement principal, il y a fort à parier qu’il va fournir l’accès ...