La "serverless attitude" Serverless

L’architecture serverless n’est pas à 100 % homogène et, par conséquent, elle comporte un certain polymorphisme. En raison de ce polymorphisme, on parle des types de services suivants :

  • Services à la demande

  • Services légers

  • Services lourds

  • Services événementiels

  • Services tiers

Cette classification est en fait très indicative et plutôt vague, car il apparaît difficile de classer des services donnés dans une seule catégorie, le plus souvent, ils correspondent à plusieurs types. De plus, il faut noter que la terminologie utilisée est variable et sui generis.

1. Services à la demande Serverless:services à la demande

Comme nous venons de le voir précédemment, le serverless est le descendant spirituel de la SOA. Une des conséquences est que le code est structuré dans des unités isolées et indépendantes à granularité fine, appelées « fonctions », qui sont exécutées à la demande par un service public et sans état tel que AWS Lambda. Ces fonctions, qui peuvent accomplir des traitements des plus généraux comme, par exemple, enregistrer des données, effectuer des calculs ou appeler d’autres fonctions, sont invoquées ponctuellement, explicitement et de manière synchrone.

Dans des cas plus complexes, des fonctions serverless peuvent être...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv-EIAWSL.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Le serverless : le stade suprême du Cloud ?
Suivant
Introduction