Notes

1 S. Russell & P. Norvig « Intelligence artificielle » Pearson 2010 ; 3e édition ; J.C. Heudin « Intelligence artificielle : manuel de survie » ; Science e-Book 2018.

2 Cf. Bruno Bonnell « Viva la révolution », JC Lattès 2010

3 Selon une étude de Boston Consulting Group et de l’institut de sondages Ipsos « Artificial Intelligence : Have No Fear ! », enquête menée auprès de 7 000 personnes à travers le monde, deux tiers des personnes qui travaillent avec l’IA estiment qu’elle a un impact positif. Pour 69 % de ces derniers, elle améliore le bien-être au travail. Concernant le panel français, s’ils pensent à 61 % que les robots peuvent améliorer l’organisation de leur entreprise, ils sont 65 % (taux le plus important) à craindre des conséquences négatives sur leur salaire. Cette vision est peut-être liée à un manque d’utilisation : les Français ne sont que 16 % à dire qu’ils travaillent dans un environnement où l’IA est déjà utilisée, contre 22 % en moyenne et... 31 % en Chine, premier devant le Canada (26 %) et les Etats-Unis (24 %). www.bcg.com.

4 Soulignons que dans son ouvrage « La guerre des intelligences », Laurent Alexandre soutient...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
Un statut à trouver pour la responsabilité de l'IA faible
Suivant
Introduction