Une approche de l’IA par la gestion des risques

L’approche des innovations par la gestion des risques est apparue très tôt. Ainsi, en matière de Robotiquerobotique, Asimov10 fixait déjà en 1941 trois lois, complétées par la suite par la Loi Zéroloi Zéro qui prévoit :

  • Loi Zéro : un robot ne peut pas porter atteinte à l’humanité ni, par son inaction, permettre que l’humanité soit exposée au danger ;

  • Première Loi : un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger, sauf contradiction avec la Loi Zéro ;

  • Deuxième Loi : un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première Loi ou la Loi Zéro ;

  • Troisième Loi : un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième Loi ou la Loi Zéro.

Même si nous sommes encore loin du point de singularité, c’est-à-dire du moment où l’intelligence artificielle dépassera l’intelligence humaine et risque alors de vouloir s’affranchir de sa domination, l’approche de l’IA par la gestion des risques nous semble pertinente et dynamique d’un point de vue juridique.

images/P0-01DP08.png

Certes, nous prenons de plus...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPEEJIA.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L’IA va nous transformer... Une question de temps
Suivant
Un statut à trouver pour la responsabilité de l'IA faible