L’élaboration des plans

1. Les principes

La démarche d’audit de maturité proposée amène par sa conclusion pour chaque processus un état des lieux, c’est-à-dire une base de référence. Cela correspond à l’étape 2 du processus d’amélioration continue en six étapes. Pour information, l’étape 1 peut être par exemple, la décision de la direction informatique d’obtenir une certification ISO 20000. Audit de maturité ISO 20000

Cet état des lieux effectué, on entre alors dans l’étape 3 de définition des objectifs atteignables. Pour chaque processus, un niveau de maturité est identifié sur une échelle de 1 à 5 par pas de 0,5. Les bonnes pratiques recommandent de gérer entre cinq à sept points par palier d’amélioration pour chaque processus. Ceci va se concrétiser par cinq à sept questions auxquelles on a répondu négativement dans l’audit. De ce fait, on en déduira automatiquement le niveau de maturité que l’on veut atteindre.

Le choix de ces questions permettra d’atteindre facilement l’étape 4, c’est-à-dire le plan d’action. Les délais pour ces actions et les moyens nécessaires seront alors définis en matière de responsabilité, personnels, expertises ou outils.

L’étape 5 va consister à vérifier...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPITIMAT.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L'amélioration continue en six étapes
Suivant
Un exemple de formalisation du plan d'amélioration (plan d’actions)