Sommaire

L’éditeur de textes VIM

Sous Linux nous avons une multitude d’éditeurs : pourquoi VI ? (prononcez vi-aïe). Parce qu’il existe dans tout environnement Unix/Linux et qu’il représente un outil de base incontournable. Son apprentissage fait partie de la fondation même de la fonction d’administrateur système : en mode console texte pour la manipulation rapide des fichiers de configuration, de logs, de scripts...

Autre conseil, cette fois-ci politiquement incorrect : alors que l’étude (et l’utilisation) de l’ensemble des commandes de VIM représente un manuel entier, cantonnez-vous à quelques commandes de base. Cela vous permet de maîtriser plus rapidement l’outil, un peu rébarbatif il est vrai ; il vaut mieux à mon sens connaître peu de commandes parfaitement que vouloir approfondir "par la force" un outil que l’on laissera de côté par réaction... Dernier détail : je parle ici de VIM (VI IMproved), version améliorée de VI.

1. Lancement de VIM

Vérifiez que vous disposez du bon paquetage par :

[root]# dpkg -l | grep i vim

Ubuntu s’appuie sur un utilitaire de dpkg pour lancer VIM en lieu et place de VI ; vérifiez la bonne configuration de l’alternative par :

[root]# update-alternatives --display vi

Le retour doit vous indiquer un lien vers l’exécutable vim : link currently points ...