L’existant

Deuxième principe : démarrer la mise en œuvre des bonnes pratiques ITIL avec ce qui existe déjà dans l’entreprise ou dans l’entité informatique. Il faut s’appuyer sur l’existant. Regardez ce qui fonctionne bien et gardez-le, que ce soient des processus, des procédures, des organisations, même si ce n’est pas en ligne avec les bonnes pratiques décrites dans les livres. Profiter de l’existant pour éventuellement le modifier plus tard.

Ne partez surtout pas de rien, avec des procédures et des processus complètement nouveaux, il est probable que les organisations rejetteront ce fonctionnement. Il faut s’appuyer à minima sur une ou plusieurs activités existantes. Processus

Pour cela, il faut avoir une vue claire et objective de l’existant. Une analyse par une personne extérieure est souvent utile, car elle ne prendra pas parti et saura mettre en avant les points forts et les points à améliorer.

Le chapitre La mise en œuvre de la démarche ITIL donnera toutes les informations nécessaires.

La mise en œuvre de ce principe directeur se résume à :

  • regarder objectivement l’existant (par exemple avec l’appui d’une personne externe à l’organisation),

  • s’appuyer sur ce qui marche bien pour comprendre le succès et pouvoir le répliquer,

  • faire une analyse de risques,

  • reconnaître que l’existant est peut-être...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_DPV4ITI.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
La valeur
Suivant
L'itération