Représenter des backlogs dans QC

Avant de vous proposer une implémentation de l’Agilité dans QC, nous vous proposons un survol de quelques mauvaises pratiques vues sur le terrain.

1. Mauvaises pratiques observées

a. Confondre les spécifications et le logiciel

La confusion des définitions Agiles (SCRUM sous l’influence de XP) et les objets manipulés dans l’outil en vigueur aussi, tout ceci participe à brouiller deux concepts d’ingénierie très différents : les spécifications et le logiciel.

L’Agilité introduit un vocabulaire en anglais déjà peu clair entre les spécialistes et devient encore plus flou avec des tentatives de traduction en français.

Le plus bel exemple nous est offert par JIRA, qui permet de gérer des tickets nommés "issue", c’est-à-dire un problème (non ce n’est pas une sortie !) que sa customisation permet ensuite de typer : anomalie, demande d’évolution, item, User Story, Epic… Mais est-ce que tout est problème ?

Il est extrêmement fréquent, à force d’hyper-customisation, qu’un outil dérive de son rôle initial à tel point qu’il ne représente plus réellement les objets qu’il manipulait au départ. JIRA à son origine est un bugtracker : il ne permettait que de manipuler des anomalies et correctifs. Ce faisant, le processus...

Pour consulter la suite, découvrez le livre suivant :
couv_EPALMQC.png
60-signet.svg
En version papier
20-ecran_lettre.svg
En version numérique
41-logo_abonnement.svg
En illimité avec l'abonnement ENI
130-boutique.svg
Sur la boutique officielle ENI
Précédent
L'implémentation dans Quality Center
Suivant
L'équipe Agile utilise QC comme outil Agile