Un Copilot pour prendre le virage de l’IA générative

05/06/2024 | Paroles d’experts

Temps de lecture  8 minutes

L’intelligence artificielle générative étant un outil, les éditeurs de solutions informatiques sont évidemment en première ligne pour proposer des IA qui s’interfacent parfaitement avec leurs produits. Alors quand vous êtes l’un des plus grands d’entre eux et que vos applications sont diffusées dans le monde entier, forcément, vous êtes attendus au tournant.

Ce tournant, Microsoft l’a notamment pris avec… Copilot ! Lancé en septembre 2023, l’IA générative protéiforme du géant américain séduit. Evidemment, les équipes du groupe ENI ont suivi au plus près le déploiement et les performances apportées par la solution de Microsoft. Benjamin Aumaille, Directeur des opérations chez ENI Service, Microsoft Training Services Partner, nous partage son point de vue à quelques jours de la tenue de deux webinaires gratuits sur Copilot pour Microsoft 365.

ENI : Le monde de l’IA générative est en pleine expansion avec des solutions pour les graphismes, la vidéo, le code… Comment se positionne Microsoft Copilot dans cet univers ?

Benjamin Aumaille : Microsoft Copilot se distingue dans cet univers par son intégration étroite avec les outils et services Microsoft 365, rendant l’IA accessible et utile pour une large variété d’utilisateurs, des particuliers aux entreprises.

Microsoft a noué un partenariat stratégique avec OpenAI, le créateur de ChatGPT, permettant à Copilot de s’appuyer sur le modèle GPT (Large Language Model). Cette intégration est facilitée par le fait que l’infrastructure d’OpenAI utilise la plateforme cloud Microsoft Azure. Copilot peut donc être vu comme une extension spécialisée de GPT, avec des paramétrages spécifiques définis par Microsoft.

Ainsi, bien que Copilot et ChatGPT partagent une base technologique, les réponses fournies peuvent différer en fonction des ajustements et contextes spécifiques.

Il existe plusieurs types de Copilot, chacun étant intégré à différents outils, logiciels ou services cloud de Microsoft : l’éditeur propose une version gratuite, nommée Microsoft Copilot, similaire à ChatGPT, accessible sur le site Copilot de Microsoft, ainsi que dans le moteur de recherche Bing, le navigateur web Edge, et l’application mobile Copilot.

Pour les utilisateurs disposant d’une licence Microsoft Copilot Pro ($20/mois pour les particuliers), ou Microsoft Copilot pour Microsoft 365 ($30/mois pour les professionnels), Copilot est enrichi avec leurs données personnelles et celles de leur organisation, en fonction des autorisations d’accès. Ces données incluent tous les documents et informations stockées dans SharePoint et implicitement dans OneDrive. Cela permet d’avoir un assistant intelligent capable de comprendre et d’exploiter toutes les données contextuelles pertinentes pour améliorer la productivité.

Logiquement, Copilot est également intégré directement dans les applications Office (Word, Excel, PowerPoint, Outlook) et Microsoft 365 (Teams, Loop, Forms, Whiteboard). Dans ces environnements, il agit comme un assistant avancé, aidant à analyser, interpréter et créer du contenu, offrant ainsi une valeur ajoutée significative en termes de gain de temps et d’efficacité.

En résumé, Microsoft Copilot pour Microsoft 365 se positionne comme une solution d’IA générative puissante et versatile, conçue pour améliorer la productivité et l’efficacité au sein de l’écosystème Microsoft 365, tout en exploitant les capacités avancées du modèle GPT d’OpenAI.

ENI : Quels sont ses autres points forts?

BA : Par rapport à ChatGPT, Copilot pour Microsoft 365 offre plusieurs avantages clés.

Tout d’abord, il garantit aux utilisateurs et aux organisations la confidentialité de leurs données. Les informations échangées ne sont pas utilisées pour enrichir le modèle de langage (LLM), réduisant ainsi le risque de divulgation à des tiers.

De plus, Copilot a la capacité de citer les sources utilisées pour générer ses réponses, offrant ainsi une transparence accrue sur l’origine des informations.

Étant directement intégré dans les applications Microsoft 365, Copilot peut accomplir des tâches spécifiques qui ne sont pas réalisables avec ChatGPT :

  • Copilot est capable de comprendre le contexte spécifique de l’application dans laquelle il est utilisé. Par exemple, il peut adapter ses réponses en fonction du document Word ou de la feuille de calcul Excel ouverte.
  •  

  • Copilot peut automatiser des tâches courantes, comme la génération de rapports ou la création de présentations PowerPoint, en utilisant les données disponibles dans les documents de l’utilisateur.
  •  

  • Copilot facilite aussi la collaboration en aidant à organiser les informations et à assurer que tous les membres de l’équipe ont accès aux mêmes données actualisées.

Ces fonctionnalités spécifiques de synthèse et de recherche d’informations sont précieuses dans de nombreux contextes professionnels.

ENI : Comment le déployer en entreprises ?

BA : Cela nécessite une préparation minutieuse pour garantir la confidentialité et la sécurité des données.

Copilot ayant accès à toutes les données personnelles et organisationnelles, il est impératif de s’assurer que les utilisateurs soient bien formés à l’importance de la confidentialité des données et à la manière de la mettre en œuvre dans les outils et services Microsoft 365. Cette formation peut être intégrée dans un programme plus large de sensibilisation à l’hygiène informatique et aux risques en cybersécurité.

De plus, il est crucial que le service informatique soit formé à la gouvernance des données : cela inclut la définition de politiques claires en termes d’usages et de restrictions, ainsi que le contrôle, la limitation et la supervision des pratiques des utilisateurs. Ces pratiques de gouvernance des données ne sont pas nouvelles et devraient déjà être en place dans les organisations utilisant Microsoft 365, notamment celles ayant développé des usages collaboratifs.

Un outil essentiel pour faciliter cette gouvernance est Microsoft Purview. Cette solution permet aux organisations de classifier, de protéger et de gérer leurs données de manière « holistique », globale, garantissant ainsi que les données sensibles sont correctement protégées et que les politiques de conformité sont respectées.

ENI : Les 7 et 10 juin derniers, ENI Service proposait deux webinaires sur Copilot avec notamment des usages très pratiques. Pouvez-vous nous en dire plus ?

BA : Il s’agissait de montrer l’utilisation de Copilot pour Microsoft 365 au travers de différents outils de la solution pour réaliser un projet métier dans son intégralité. Une session portait sur la productivité des utilisateurs, l’autre sur le la préparation du déploiement en lui-même par les professionnels de l’IT. Je co-animais ces webinaires avec Anne Blanchard et Mathieu Piet, les intervenants principaux qui ont apporté leurs retours d’expériences.

replay des webinaires copilot ENI Service
ENI : Vous rappeliez que Copilot s’intègre dans l’écosystème Microsoft 365 mais peut-il aussi s’interfacer avec d’autres applications ?

BA : Copilot pour Microsoft 365 s’appuie sur Microsoft Graph, qui cartographie et agrège toutes les données présentes dans Microsoft 365. Cependant, il est possible d’enrichir Microsoft Graph avec des données externes provenant d’applications tierces, telles que des CRM ou des ERP.

Cela peut se faire de plusieurs manières :

  • Plugins fournis par les éditeurs de solutions : certains éditeurs de logiciels fournissent des plugins spécifiques pour intégrer leurs applications avec Microsoft Copilot. Ces plugins facilitent l’interfaçage en ajoutant des fonctionnalités et des données externes directement dans l’écosystème de Microsoft 365.
  • Développement de plugins personnalisés : si aucun plugin fourni par un éditeur n’est disponible, les utilisateurs peuvent développer leurs propres solutions. Microsoft propose deux outils principaux pour cela :
      • Microsoft Copilot Studio : un environnement de développement no-code/low-code qui permet aux utilisateurs de créer des plugins et des intégrations de manière intuitive, sans nécessiter de compétences avancées en programmation.
      • Microsoft Azure AI Studio : cet environnement de développement est plus technique et plutôt destiné aux développeurs expérimentés. Il permet des intégrations et des personnalisations avancées en utilisant les capacités d’Azure AI Services et Azure Open AI Services.

Ces options offrent une grande flexibilité pour étendre les capacités de Copilot et l’intégrer avec une vaste gamme d’applications tierces, répondant ainsi à des besoins spécifiques.

ENI : Avec le programme AI Cloud Partner mais aussi les récentes annonces lors de Choose France, Microsoft veut légitimement se positionner comme un acteur majeur dans un monde de l’IA assez dispersé. Quelles opportunités en attendre pour les professionnels de l’informatique ?

BA : Microsoft se positionne en effet comme un acteur majeur dans le domaine de l’IA, comme en témoigne son programme AI Cloud Partner et les récentes annonces faites lors de Choose France. Et elles comportent des opportunités clés pour les professionnels de l’informatique :
 

  • Engagement en faveur du développement durable : Microsoft a annoncé son ambition d’atteindre le zéro carbone d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, la société utilise de l’électricité décarbonée pour alimenter ses centres de données, ce qui inclut les services Azure, Microsoft 365, et Copilot. La France, avec ses avancées en matière de production nucléaire, représente un choix stratégique pour Microsoft, renforçant ainsi les investissements de la société dans le pays.
  •  

  • Accélération de l’adoption de l’IA : dans une économie où l’innovation est cruciale pour maintenir un avantage concurrentiel, l’utilisation de l’IA, y compris l’IA générative, devient essentielle pour la pérennité des entreprises. Cette tendance crée une demande accrue pour les compétences en IA, ouvrant des opportunités pour les Entreprises de Services Numériques (ESN) et les organismes de formation. Elles peuvent aider les petites et moyennes entreprises qui souvent n’ont pas la maturité technologique nécessaire, à intégrer et à déployer ces solutions.
  •  

  • Formation et montée en compétences : la montée en puissance de l’IA générative et des outils comme Microsoft Copilot crée un besoin urgent de formation spécialisée, nous en savons quelque-chose ! Les professionnels de l’informatique peuvent tirer parti de cette demande en développant et en dispensant des programmes de formation sur les technologies Microsoft et l’IA, contribuant ainsi à combler le fossé de compétences dans le secteur.
  •  

  • Développement d’applications et de solutions personnalisées : l’écosystème Microsoft offre des outils robustes pour le développement de solutions d’IA personnalisées. Les professionnels de l’informatique ont l’opportunité de créer des applications innovantes sur la plateforme Azure, répondant aux besoins spécifiques des entreprises et renforçant leur compétitivité.

ENI : Quelle est la situation de l’IA dans l’Hexagone en matière de besoins, d’emplois et de formations ? Et quelle est la place de la France dans le monde de l’IA ?

BA : La France occupe une place significative dans le monde de l’IA. Elle est reconnue pour ses nombreux talents dans le domaine de l’intelligence artificielle. C’est aussi un acteur clé grâce à ses initiatives en recherche et développement, ses investissements dans des infrastructures technologiques avancées et ses politiques de soutien à l’innovation. L’investissement de Microsoft en France pour accélérer le déploiement de l’IA s’inscrit d’ailleurs dans cette dynamique, renforçant la position du pays comme leader européen dans ce domaine.

En termes d’emploi, la demande pour des professionnels qualifiés en IA continue de croître. Avec l’expansion du Big Data, de nouveaux métiers liés à l’exploitation des données ont émergé, tels que les Data Analysts, Data Scientists et Data Engineers. Ces experts utilisent des techniques de Machine Learning et de Deep Learning pour réaliser des analyses prédictives. Les entreprises recherchent des compétences spécifiques pour exploiter au mieux les technologies de l’IA et rester compétitives sur le marché mondial.

En parallèle, l’IA générative, autre branche de l’IA, offre des applications directes pour les utilisateurs, permettant une mise en œuvre rapide sans nécessiter une expertise aussi approfondie que celle requise pour les Data Scientists. Cela facilite l’intégration de l’IA dans divers secteurs, augmentant ainsi son adoption dans le pays.

Enfin, les formations initiales aux métiers de l’informatique et de la data se sont fortement développées ces dernières années. Dans le groupe ENI, des modules sur l’IA et l’IA générative sont intégrés aux cursus d’ENI Ecole Informatique, offrant ainsi aux étudiants une formation plus complète et en phase avec les besoins du marché, les Editions ENI proposent de nouveaux livres, vidéos et articles conçus par des spécialistes de l’IA, et du côté d’ENI Service, comme pour Copilot, nous déployons plusieurs formations pour pouvoir monter en compétences sur l’intelligence artificielle et ses usages.

Benjamin Aumaille

Directeur des opérations ENI Service

POUR LES ENTREPRISES

Découvrez nos solutions de formation pour vos équipes et apprenants :

Réfléchir en amont
elearning

En e-learning avec
notre offre pour les professionnels

formateur

Avec un formateur, en présentiel ou à distance

Restez connecté !

Suivez-nous
LinkedIn
Youtube
X
Facebook
Instagram
Contactez-nous
E-mail

Inscrivez-vous à notre newsletter

Je suis intéressé(e) par :

En vous inscrivant, vous acceptez la politique de protection des données du groupe Eni. Vous aurez la possibilité de vous désabonner à tout moment.