Blog ENI : Toute la veille numérique !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Green IT
  3. Créer des services responsables
Extrait - Green IT Les clés pour des projets informatiques plus responsables
Extraits du livre
Green IT Les clés pour des projets informatiques plus responsables
2 avis
Revenir à la page d'achat du livre

Créer des services responsables

Introduction

Maintenant que les grands enjeux de l’impact du numérique ont été listés se pose la question de la construction de services numériques responsables dont l’impact environnemental n’est pas excessif par rapport au service rendu.

Le terme « écoconception » est de plus en plus souvent cité dans le cadre du développement d’applications. Le chapitre qui vient traite de ce sujet. Y seront détaillées les actions clefs pour limiter les impacts négatifs des solutions logicielles sur l’environnement et les personnes, avec des exemples issus de projets réels, ainsi que des métriques utilisables. Puis les synergies avec les cadres de travail méthodologiques actuels seront évoquées, ainsi que les outils utiles dans cette démarche.

L’écoconception a de plus de nombreux effets directs positifs non écologiques ou des convergences avec d’autres questionnements importants des projets informatiques, qui seront abordés en fin de chapitre.

Qu’est-ce que l’écoconception de services numériques ?

1. L’écoconception

L’écoconception n’est pas propre aux services numériques, ni même à l’informatique. Il s’agit simplement de concevoir des produits avec pour objectif de réduire leur impact environnemental. En effet, tout produit ou service a un impact : il faut forcément des matières premières pour fabriquer un objet et de l’énergie pour le transport des biens et des personnes. Même pour les activités de services, il faut communiquer, donc utiliser des appareils et de l’énergie.

Plus formellement, la définition donnée par l’ADEME est la suivante [Lien 1] :

« L’écoconception est une démarche préventive et innovante qui permet de réduire les impacts négatifs du produit, service ou bâtiment sur l’environnement sur l’ensemble de son cycle de vie, tout en conservant ses qualités d’usage. »

L’écoconception est donc étroitement liée à l’analyse de cycle de vie. Comme nous l’avons vu, l’ACV est actuellement la meilleure méthode pour mesurer l’impact d’un produit ou système, et permet d’éviter les transferts de pollutions. On peut noter aussi que cette définition pose pour contrainte de ne pas dégrader les qualités d’usage du produit. Il s’agit donc de continuer à répondre au besoin de l’utilisateur, avec moins de conséquences négatives. C’est pourquoi en écoconception, comme en analyse de cycle de vie, on utilise une unité fonctionnelle correspondant au cas d’usage auquel le produit répond, afin d’optimiser la réponse à...

Quels leviers pour écoconcevoir les services numériques ?

Une fois ces grands principes actés, les stratégies de conception et les pratiques qui permettent de réduire l’impact d’un service numérique se déduisent simplement et sont déjà largement à la portée des professionnels concernés. Elles sont de plus quasiment toujours souhaitables et largement bénéfiques pour d’autres raisons.

1. Réduire le nombre d’appareils nécessaires au service

Le numérique a un impact au travers des appareils dont il est constitué. Si c’est possible, utiliser moins d’équipements pour répondre au besoin permet de minimiser ces impacts. Si le service numérique n’est pas grand public et implique le déploiement d’appareils contrôlés par l’entreprise pour permettre de répondre au besoin (par exemple en fournissant des ordinateurs, tablettes ou téléphones à des agents sur le terrain), il existe des stratégies de mutualisation permettant de réduire les besoins en matériel.

La pratique économique BYOD (évoqué dans le chapitre Optimiser le matériel et ses usages) est l’approche la plus radicale. Il est également possible, dans une moindre mesure, de mutualiser les équipements entre les agents, surtout si leurs horaires sont complémentaires. Dans certains cas, il peut être possible de partager les appareils entre les clients du service, par exemple en leur distribuant le matériel à tour de rôle, comme dans l’exemple de Vintel, cité dans le livre blanc de GreenConcept et détaillé plus haut.

Côté serveur, la mutualisation est déjà extrêmement répandue et l’est de plus...

Agilité, UX, UI et accessibilité : convergence des pratiques de conception fonctionnelle

L’utilisation de services numériques est en constante augmentation. Cette tendance s’est accentuée avec la pandémie de Covid-19 (voir le chapitre Les impacts du numérique). Pour les utilisateurs finaux, cette augmentation se fait via l’utilisation d’applications mobiles ou de sites internet. Avec la possibilité d’atteindre des millions, voire des milliards d’utilisateurs, un service numérique pour le grand public se doit d’être optimisé, pour des raisons écologiques ainsi que financières.

Le nombre de services numériques croît, et le choix des utilisateurs est de plus en plus large. Il faut donc que les créateurs fournissent des produits qui répondent aux besoins des utilisateurs grâce à des fonctionnalités fluides et des interfaces simples s’ils souhaitent voir leur produit survivre et prendre plus de parts de marché. Par exemple, un utilisateur reste en moyenne 10 à 20 secondes sur une page web [Lien 17] et le taux de désinstallation d’une application mobile sous 30 jours est de 28 % [Lien 18] (principalement pour les applications de divertissement, voyages, productivité et communication). La création d’un service numérique et sa mise sur le marché sont un exercice difficile.

Souvent, dans les produits logiciels, beaucoup de fonctionnalités sont inutiles, une étude de Standish Group a même trouvé sur un ensemble de projets que 80% des fonctionnalités étaient peu ou pas utilisées, rejoignant ainsi le principe de Pareto : 80% des effets sont produits par 20% des causes.

images/07-08.png

Fréquence d’utilisation des fonctionnalités, données issues du rapport...

Des avantages pas seulement écologiques

Comme nous l’avons vu, écoconcevoir un service numérique consiste à répondre aux besoins des utilisateurs de la façon la plus efficiente possible, en utilisant un minimum d’appareils numériques ou en prenant soin de ne pas pousser ceux-ci à l’obsolescence, et en utilisant un minimum de ressources informatiques (CPU, mémoire, bande passante…). Concrètement, les actions nécessaires pour cela sont à la portée des professionnels concernés et déjà largement connues par eux pour d’autres raisons. En effet, l’écoconception contribue à l’amélioration des solutions logicielles à plusieurs niveaux. Écoconcevoir son service numérique apporte de nombreux avantages qui ne sont pas seulement écologiques. En voici une liste :

  • Des performances améliorées : on souhaite en effet explicitement avoir des interfaces utilisateurs plus performantes, qui ne « rament » pas. De même, réduire l’utilisation de ressources numériques sur les tiers serveur et réseau implique des performances améliorées. Dans la pratique, les actions prises sont souvent les mêmes, que l’on souhaite de meilleures performances ou plus d’efficience.

  • Des économies : déployer moins d’appareils implique que l’on en achète moins. Revendre ou réutiliser les terminaux pour les faire durer est aussi une source d’économies. Et bien sûr, utiliser moins de ressources serveur et réseau fait économiser de l’argent, directement si vous êtes hébergé chez un prestataire qui facture à l’usage, mais aussi si vous avez votre propre infrastructure, qui...

Construire un référentiel de questionnements et de pratiques pour votre projet

Pour fluidifier la mise en place des pratiques d’écoconception sur un projet, il est utile d’avoir un référentiel de pratiques et de questionnements que l’équipe peut consulter. Celui-ci est spécifique à chaque équipe et à chaque projet. Pour le construire, vous pouvez vous appuyer sur les référentiels proposés par les différents acteurs, listés ci-dessous. Parmi les questions et pratiques proposées, vous pouvez filtrer celles qui ne concernent pas votre produit (par exemple si elles sont dédiées à un univers PHP et que vous n’utilisez pas cette technologie), et répartir le reste par métier. En effet, certains points concernent les responsables de la conception fonctionnelle (product owner, par exemple), d’autres les architectes, d’autres encore les développeurs.

Le plus ancien et le plus connu des référentiels d’écoconception est la liste des 115 bonnes pratiques d’écoconception web du Collectif Conception Numérique Responsable [Lien 25]. Son histoire remonte à 2011 : dans le cadre d’un projet d’amélioration d’un service numérique, l’équipe a listé les pratiques mises en place et a décidé de sortir celles-ci sous la forme d’un livre, publié chez Eyrolles. Le chiffre de 115 provient de la multiplication de la taille moyenne des pages web par 115 entre 1995 et 2015. Comme son nom l’indique, ce référentiel se concentre sur l’écoconception de sites web, mais il contient beaucoup de pratiques généralistes applicables à tous les projets.

La liste des 115 bonnes pratiques est disponible sous différentes...

Les outils pour construire des services plus sobres

De nombreux outils peuvent être utilisés pour concevoir, analyser et surveiller les services numériques. Il existe des outils qui se concentrent sur l’aspect environnemental. Mais il est également possible d’en utiliser d’autres, par exemple ceux dédiés à la performance web ou à l’accessibilité. La mission interministérielle dédiée au numérique responsable a un référentiel en contenant quelques-uns [Lien 28] et l’INR a également une page assez fournie [Lien 29].

1. Outils des acteurs du numérique responsable

Comme on peut s’y attendre, les acteurs du numérique responsable en France ont mis en place et partagé des outils permettant l’analyse de services numériques et de systèmes d’information.

EcoDiag [Lien 30] est un outil conçu par des membres du CNRS qui permet de réaliser un bilan carbone des équipements informatiques d’un laboratoire de recherche, ou plus généralement de toute structure ayant un parc informatique. Deux méthodes sont proposées : par inventaire ou par liste d’achats.

GreenFrame [Lien 31] est un outil propriétaire et payant développé par la société Marmelab qui estime l’empreinte carbone d’un service numérique en déroulant des scénarios utilisateurs dans un environnement de test basé sur l’outil Docker.

Fruggr [Lien 32] est une plateforme d’analyse de projets web éditée par l’entreprise de conseil Digital4better et disponible en mode SaaS. La plateforme permet la génération et le suivi d’indicateurs liés à la performance environnementale (notamment émissions...

Références pour ce chapitre

1. ADEME, Les enjeux de l’écoconception, les bénéfices pour l’entreprise, pour l’économie et l’environnement, https://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/organiser-demarche-environnementale/dossier/ecoconcevoir-produits/enjeux-lecoconception-benefices-lentreprise-leconomie-lenvironnement

2. Pôle écoconception, exemples de produits écoconçus, https://www.eco-conception.fr/static/exemple-de-produit-eco-concu.html

3. Pôle écoconception, L’éco-conception pour tous : les quatre niveaux d’ambition,  https://www.eco-conception.fr/static/leco-conception-pour-tous.html

4. Le livre blanc du projet GreenConcept, http://www.greenconcept-innovation.fr/wp-content/uploads/2020/02/greenconcept_21022020.pdf

5. Berthoud et al., Estimation de l’empreinte carbone d’une heure.cœur de calcul, https://gricad.univ-grenoble-alpes.fr/documents/GES-h-coeur-GRICAD-2020.pdf

6. Le site Hacker News, https://news.ycombinator.com/

7. Le site craigslist, https://paris.craigslist.org/

8. Page d’accueil de Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal

9. Low Tech Magazine : How to build a low-tech website ?, https://solar.lowtechmagazine.com/2018/09/how-to-build-a-lowtech-website/

10. Low Tech Magazine : How sustainable is a low-tech website ?, https://solar.lowtechmagazine.com/2020/01/how-sustainable-is-a-solar-powered-website.html

11. Liste de sites écoconçus compilés par le collectif Les designers éthiques, https://eco-conception.designersethiques.org/guide/fr/content/9-plus-loin.html

12. Page d’accueil de Un Ecrin Vert, https://www.biocoopmontreuil.fr/

13. Page d’accueil de Kairos Jourdain, https://www.kairos-jourdain.com/fr/sailing

14. Page d’accueil du site gov.uk, https://www.gov.uk/

15. Version basique et légère...