Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. IBM Cognos Analytics
  3. Présentation de Cognos Analytics
Extrait - IBM Cognos Analytics Développement de rapports avec Report Studio
Extraits du livre
IBM Cognos Analytics Développement de rapports avec Report Studio Revenir à la page d'achat du livre

Présentation de Cognos Analytics

Définition de l’informatique décisionnelle

L’informatique décisionnelle (Business Intelligence ou BI, en anglais) est une branche de l’informatique mettant les données d’une entreprise ou d’une organisation à la disposition des décideurs à l’aide de logiciels spécialisés, présentant une vue d’ensemble des résultats et aidant à la prise de décision.

L’informatique décisionnelle englobe tous les outils permettant de collecter, de traiter, de transformer, de stocker et de présenter les données. Les données source peuvent provenir de fichiers plats, de bases de données de tous types (Oracle, DB2, Teradata, SQL Server, etc.), de systèmes externes, de métadonnées, etc. En général, les entreprises disposent d’un système informatique gérant  les données métier dites « vivantes », par exemple une base de données de saisie de commandes, lesquelles sont modifiées par les différents acteurs de l’entreprise. Ces données sont en règle générale extraites quotidiennement pendant la nuit par un logiciel de type ETL (Extract, Transform and Load), qui lit les bases de données métier, transforme les données en fonction des besoins (calculs, agrégations, etc.), les enrichit, les reformate et les charge dans la base de données cible. Ces données sont dites « mortes », car elles ne sont pas modifiables par les utilisateurs.

La base de données alimentée par le logiciel ETL sert de source aux logiciels comme Cognos qui servent, eux, à présenter aux utilisateurs l’information de manière exploitable, sous forme de rapports incluant des graphiques, des listes, des tableaux croisés, etc.

Les données sont ainsi préparées et présentées de manières différentes en fonction du département cible de l’entreprise, direction financière, direction commerciale, achats, service...

Rappel des concepts de modélisation de bases de données

Il existe de nombreuses solutions de modélisation de bases de données, dépendant de nombreux facteurs comme le volume de données, la technologie utilisée, l’utilisation visée des données, etc. L’objectif de cette section n’est pas l’exhaustivité, car couvrir ce sujet nécessiterait un ou plusieurs livres à part entière. Beaucoup ont déjà été écrits. Citons les ouvrages de Ralph Kimball, visionnaire de la modélisation des bases des données.

Nous allons rappeler ici certains concepts intrinsèques au monde des bases de données, comme les tables, les jointures, la cardinalité, les index, les modèles en étoile ou en flocon, etc.

Comme dit précédemment, les données source d’un système d’informatique décisionnelle sont extraites du système métier. En règle générale, ces données font l’objet d’un premier traitement « léger » et sont chargées dans un entrepôt de données (datawarehouse). Les données, qui sont chargées tous les jours depuis le système métier, sont donc entreposées quasiment telles quelles dans l’entrepôt de données qui sert de « réserve » de données brutes et non altérées. Celles-ci sont ensuite extraites, puis transformées et chargées dans un autre entrepôt de données appelé datamart, qui est la source du logiciel de reporting.

Cette organisation est utilisée notamment dans le cas de volumes de données importants, le logiciel de reporting (ici Cognos) ne pouvant pas traiter de tels volumes de données (calculs, agrégations, comparaisons, etc.) avec des performances satisfaisantes. Les tables composant le datamart sont donc en général des tables « préparées » contenant, non pas des données brutes ou unitaires, mais des agrégations en fonction des besoins. Ces agrégations font une partie du travail de calcul en amont. L’objectif ici est donc que Cognos lise une table contenant des données déjà agrégées par établissement, par date et par produit par exemple, au lieu de faire lui-même la somme à partir d’une table composée de plusieurs millions, dizaines de millions, voire centaines de millions de lignes de vente détaillées.

Cette étape est très importante lors de la conception du modèle, car elle impacte directement les performances au moment de l’exécution des rapports. De plus, le datawarehouse contenant les données unitaires, il suffit de puiser dans cet entrepôt pour créer de nouveaux flux de données grâce aux ETL afin d’alimenter des tables agrégées en fonction des besoins, et en définitive d’adapter les tables aux rapports.

1. Tables de faits et tables de dimensions

Il faut distinguer deux types de tables dans un modèle : les tables de faits et les tables de dimensions.

Les tables de dimensions représentent les axes d’analyse du modèle, par exemple le produit, le type de commande, l’établissement géographique, le calendrier, etc. C’est sur ces données que des filtres sont appliqués afin d’analyser les données....

Cognos Analytics

IBM Cognos est un logiciel d’analyse de données et d’aide à la prise de décision permettant d’extraire et de modéliser les données métier d’une entreprise afin de les exploiter dans des rapports, des tableaux de bord, etc. Le logiciel est disponible dans le cloud, c’est-à-dire hébergé sur les serveurs d’IBM, ou peut être installé en local chez le client en fonction du contrat.

De nombreux outils sont disponibles permettant la modélisation, la création de rapports, de tableaux de bord, d’histoires, de modules de données, etc. Le logiciel est accessible tant aux utilisateurs qu’aux développeurs via un portail à partir duquel ils peuvent naviguer dans les différents répertoires et accéder aux rapports et tableaux de bord.

1. Le portail

Le portail se présente sous la forme d’un site web interne à l’entreprise dans lequel se trouvent les rapports, les tableaux de bord, etc. répartis dans différents répertoires dont l’arborescence est choisie par l’entreprise, avec par exemple un répertoire par département (direction financière, direction commerciale, direction des achats, etc.). L’image suivante montre l’interface classique du portail Cognos mais il est possible de créer un portail totalement différent et adapté aux besoins de l’entreprise avec, par exemple, son logo et ses couleurs corporatives :

images/01EP03.png

À partir du portail, l’utilisateur peut accéder aux répertoires dits « publics », c’est-à-dire visibles par tout le monde, à condition d’avoir les droits d’accès, ainsi qu’à un répertoire personnel dans lequel il peut développer ses propres rapports ou visualisations.

Grâce au bouton Nouveau, il est possible de créer un nouvel objet comme un rapport, un module de données, un tableau de bord ou une histoire :

images/01EP04.png

Le bouton situé à gauche de Nouveau permet de transférer des données à partir d’un fichier et de créer un module de données, ce dernier pouvant être utilisé comme source de rapports.

Il est possible de limiter l’accès grâce aux options de sécurité, les utilisateurs pouvant faire partie de groupes d’utilisateurs et ayant également des rôles associés. 

Par exemple, un utilisateur peut faire partie du groupe Direction financière, et donc n’avoir accès qu’à ce répertoire, mais avoir un rôle de créateur de rapports. 

2. Les tableaux de bord

Les tableaux de bord (dashboards, en anglais) permettent de visualiser des données « macro », c’est-à-dire de présenter des données de haut niveau procurant une vision de l’entreprise ou d’un département en un clin d’œil. Les données peuvent être présentées sur plusieurs pages. Les tableaux de bord offrent un dynamisme et une interactivité que les rapports développés sous Report Studio ne proposent pas, et ils sont en général utilisés pour des présentations simples. Les utilisateurs peuvent se servir de l’outil Tableau de bord pour développer leurs propres tableaux de bord.

Au niveau des développeurs, les tableaux de bord sont utilisés pour des visualisations sans grande complexité de calculs ou de comparaisons entre différentes périodes par exemple. Ils peuvent également être utilisés pour créer des POC (Proof of Concept, ou preuve de concept, en français). L’outil Tableau de bord étant simple et rapide à utiliser, il est possible de s’en servir pour créer une présentation d’un futur rapport (développé sous Report Studio) afin de montrer aux utilisateurs le rendu graphique de celui-ci et donc d‘être en phase avec eux.

Ci-après un exemple de tableau de bord dans lequel sont présentées les données par pays. Le tableau de bord montre des données agrégées, des totaux, des graphiques, et permet de visualiser la situation de l’entreprise dans ses grandes lignes et d’en déduire des tendances. Un tableau de bord peut également contenir des filtres permettant de changer de dates, de pays, de type de produit, etc.

images/01EP05.png

Encore une fois, cet outil est très efficace pour présenter une vue d’ensemble...