Blog ENI : Toute la veille numérique !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. WebApp
  3. Les bases de l'application
Extrait - WebApp Développez votre application responsive avec jQuery, CSS et PHP
Extraits du livre
WebApp Développez votre application responsive avec jQuery, CSS et PHP Revenir à la page d'achat du livre

Les bases de l'application

La page d’accueil

1. Un simple document HTML

Au départ, il n’y a que du HTML. En fait, toute WebApp repose avant tout sur une page HTML à partir de laquelle tout est créé. On n’invente rien, la structure générale d’un document HTML est inchangée depuis les débuts du web statique, et sa version la plus épurée est la suivante.

<html> 
      <head> 
            <title> 
                  Titre de la page 
            </title> 
      </head> 
      <body> 
            Contenu de la page 
      </body> 
</html> 

Mais en tant que point de départ d’une WebApp, il est nécessaire de la considérer comme un document HTML 5, avec tout ce que cela implique comme données additionnelles.

  • Le doctype HTML, qui permet de disposer de nombreuses fonctionnalités très utiles

  • Les balises meta

  • Les liens vers les CSS externes (personnels ou issus de librairies)

  • La définition des CSS intégrées

  • Les liens vers les scripts externes (personnels ou issus de librairies)

  • Les scripts intégrés à la page

Ce qui fait qu’un document HTML 5 « toutes options » a la structure suivante :

<!DOCTYPE html> 
<html> 
      <head> 
            <title> 
                  Titre de la page 
            </title> 
      <meta> Emplacement des balises meta utilisées 
             pour des informations additionnelles 
      <link rel="stylesheet" type="text/css"...

La communication client-serveur

1. Les commandes HTTP

C’est grâce au protocole HTTP que le web peut exister. Il a été créé conjointement avec le langage HTML. Ce protocole permet d’accéder à des documents stockés sur un serveur web. Son fonctionnement est assez simple. On demande un document en indiquant son nom et son chemin et le serveur retourne le document s’il existe et que l’on a le droit de le consulter, sinon on reçoit un message d’erreur. 

C’est le serveur web, généralement Apache ou nginx, qui se charge de tout cela. En fait, la tâche du serveur ne se limite pas à une simple délivrance de fichiers, il faut aussi gérer les droits d’accès, et certains types de fichiers ne sont pas directement lus depuis un disque, ils peuvent être générés par un script. Les langages utilisés pour créer les scripts sont très variés, les plus utilisés sont : PHP, Java, JavaScript, Pearl, Python, mais aussi C.

Le protocole HTTP comprend de nombreuses commandes, mais il n’y en a que deux qui sont réellement utilisées dans le cadre d’un site standard. Les requêtes GET peuvent cibler des fichiers ou des scripts, les requêtes POST sont généralement destinées à être traitées par des scripts.

GET

Elle permet l’accès à une ressource dont le nom est fourni en paramètres. Des paramètres additionnels peuvent être ajoutés à la suite. C’est le mécanisme le plus simple à mettre en œuvre. L’adresse de la ressource et ses paramètres étant affichés dans la barre d’adresse du navigateur, ils peuvent être directement modifiés. L’adresse et ses paramètres peuvent être enregistrés en tant que favoris, copiés dans un mail, ou utilisés comme cible d’un lien hypertexte.

images/02RI05.png

POST

Elle donne accès à...

Le paramétrage du serveur

1. Le fichier .htaccess

Le serveur doit s’acquitter de deux tâches. D’une part, orienter les requêtes, soit vers le gestionnaire de fichiers s’il s’agit de ressources statiques, soit vers un script. Et d’autre part, gérer les droits d’accès aux fichiers et aux dossiers. Dans le cas d’Apache, ceci se fait au moyen du fichier « .htaccess ».

Pour comprendre pourquoi le fichier .htaccess commence par un point, il suffit de savoir que sur UNIX, les fichiers qui commencent par un point sont des fichiers cachés. Faire commencer un fichier par un point permet donc de garantir que le serveur Apache ne le mettra pas à disposition des visiteurs.

La première chose à faire lorsque l’on crée un site qui va être mis en ligne, c’est de créer un fichier .htaccess (la deuxième chose à faire étant de créer une page d’index). Créer un fichier .htaccess est facile sous Linux, mais cela n’a pas toujours été simple sous Windows. Heureusement, depuis Windows 10, il est dorénavant possible de créer des fichiers dont le nom commence par un point.

Le fichier .htaccess minimum pour débuter un site est le suivant :

options -indexes 

Cela interdit aux visiteurs d’accéder au listing des répertoires. En effet, lorsque l’on...