Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Growth Hacking
  3. Fake it until you make it
Extrait - Growth Hacking Révolutionnez votre stratégie Marketing Digital
Extraits du livre
Growth Hacking Révolutionnez votre stratégie Marketing Digital Revenir à la page d'achat du livre

Fake it until you make it

Introduction

Un des principes du Growth Hacking est de mesurer absolument toutes les étapes du cycle de vie de votre produit, depuis le pitch jusqu’à la génération du revenu. La théorie sous-jacente à ce principe est exposée dans le chapitre sur le framework AARRR.

La principale question que se posent les entrepreneurs ou les chefs de projet au démarrage d’un projet est de savoir ce que veulent réellement leurs clients. Sans équipe de développement, il paraissait impossible de mettre sur le marché une première version du produit rapidement. Ce n’est plus vrai aujourd’hui grâce à l’existence de deux types d’outils, permettant, sans avoir à écrire une seule ligne de code informatique, de créer un produit avec lequel vous allez mesurer l’intérêt de vos utilisateurs potentiels :

  • les outils permettant de créer des landing pages,

  • les outils permettant de créer des prototypes.

Landing page

Contexte

La landing page est un élément majeur dans la vie d’un projet : c’est le premier élément à créer lorsque vous souhaitez commencer un projet. En effet, en fonction de votre besoin, une landing page peut vous permettre :

  • de gagner des utilisateurs,

  • de tester des propositions de valeur,

  • d’obtenir du feedback,

  • d’être présent sur Internet.

Nous vous avons permis de créer cette première landing page dans le chapitre précédent pour vous prouver que vous n’avez pas besoin de savoir développer pour vous lancer et pour vous faire parcourir un premier micro cycle de bout en bout pour tester une idée.

Maintenant que vous avez fait ce premier cycle, il est temps de prendre du recul et d’approfondir la dynamique d’une landing page.

Décomposition

Le but d’une landing page est de tester une proposition de valeur, c’est-à-dire le bénéfice que va tirer votre client de votre produit ou de votre service. Dans le chapitre précédent, notre proposition de valeur était, par exemple, d’analyser rapidement les difficultés d’élocution de son enfant sans prendre rendez-vous chez l’orthophoniste. Il ne s’agit pas de présenter son entreprise ou son expérience, mais de vendre une proposition de valeur. 

Une landing page est une page unique contenant une ou plusieurs sections permettant au moins :

  • d’indiquer une seule proposition de valeur en une phrase,

  • d’afficher une image,

  • d’afficher un Call To Action.

Un Call To Action est une action que vous demandez à votre internaute de réaliser. Elle passe généralement par l’utilisation d’un formulaire avec au moins un champ à remplir et d’un bouton pour valider l’information.

Les autres sections optionnelles d’une landing page sont :

  • une description des fonctionnalités de votre produit avec :

  • un logo,

  • une phrase explicative.

  • des témoignages de vos utilisateurs avec à chaque fois :

  • la photographie de la personne,

  • son nom,

  • sa profession.

  • des marques qui utilisent votre produit,

  • une vidéo courte (20 à 30 secondes) :

  • expliquant votre produit,

  • qui peut être comprise sans aucun son,

  • présentant un cas d’utilisateur.

  • une liste de médias...

Prototypage

Le prototypage permet d’aller plus loin que la landing page en construisant une fausse application, constituée d’un ensemble de vues liées les unes aux autres, avec laquelle votre cible va interagir.

Ce prototype va ensuite être embarqué sur la landing page et utilisé comme une application indépendante sur un navigateur de smartphone ou d’ordinateur.

Pour vous montrer le cheminement à suivre pour créer un prototype, nous allons supposer que vous souhaitez créer une application concurrente d’Uber. Nous allons pour cela segmenter la création d’un prototype en quatre étapes.

Créer une histoire

Au tout début de votre réflexion, vous devez créer une histoire autour de votre produit par rapport à votre cible.

Ainsi dans notre cas, notre cible est Paul, un homme de 33 ans, urbain et prenant l’avion une fois par mois. Paul doit se déplacer rapidement une fois sorti de l’aéroport. Ainsi, il utilise son smartphone pour lister les chauffeurs aux alentours. Il en sélectionne un, se rend dans la voiture de ce dernier. Une fois arrivé, il paye la course et note le chauffeur.

Cette histoire raconte un cycle complet d’utilisation de votre produit. N’hésitez pas à cette étape à supprimer des actions qui n’entreraient pas dans le cœur de votre produit. Nous n’avons pas, par exemple, détaillé les phases de création de compte, modification de mot de passe ou d’enregistrement de sa carte bleue. Ces différentes actions, si elles sont importantes pour l’application finale, ne sont pas importantes pour démontrer la plus-value de votre application, car elles sont communes à toutes les applications.

Lister les fonctionnalités

Vous allez extraire de votre histoire l’ensemble des fonctionnalités qui la composent. Dans notre exemple, celles-ci sont :

  • lister l’ensemble des chauffeurs autour de soi,

  • sélectionner un chauffeur,

  • payer la course,

  • noter le chauffeur.

Il est important de séparer les fonctionnalités et de les rendre indépendantes. Ainsi, même si elles sont liées fonctionnellement (il n’est pas possible de noter un chauffeur s’il ne vous a pas transporté d’un point A à...