Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Diriger un projet web Agile
  3. Spécificités du Web
Extrait - Diriger un projet web Agile Utilisez la dynamique des groupes pour décupler Scrum (2e édition)
Extraits du livre
Diriger un projet web Agile Utilisez la dynamique des groupes pour décupler Scrum (2e édition) Revenir à la page d'achat du livre

Spécificités du Web

Introduction

Le Web, en tant que média, dispose d’un certain nombre de spécificités par rapport à un programme distribué ou client-serveur. C’est un média jeune, en pleine évolution, dont la principale caractéristique est la richesse de ses interfaces.

Cette particularité implique de faire appel à des ressources que l’on trouve rarement dans un service technique, les directeurs artistiques.

Création graphique et méthodes agiles

Historiquement, dans les projets gérés par un cycle en cascade, la création graphique était confiée à une agence de communication pilotée par la direction de la Communication, tandis que le reste était à la charge de la direction informatique qui coordonnait les intervenants des différents métiers impliqués en s’appuyant éventuellement sur un partenaire pour renforcer ses équipes internes ou sous-traitait tout ou partie des travaux.

L’agence faisait valider par la Communication des écrans représentant le futur site Internet, l’agencement des différentes fonctionnalités, les parcours utilisateurs, bref, elle décrivait ce que serait l’expérience utilisateur, c’est-à-dire l’émotion qu’il éprouve en parcourant le site Internet et par là même, l’association positive ou négative qu’il réalise entre cette émotion et la marque. Ce faisant, elle fixait des contraintes pour la réalisation technique ultérieure. Ces dernières étaient plus ou moins fortes selon la maîtrise qu’a cette agence du média Internet.

Casser ce modèle pour le rendre agile représente parfois un véritable casse-tête. Remplacer l’approche séquentielle par une approche itérative implique de résoudre plusieurs dilemmes.

1. Premier dilemme

Il n’est pas envisageable de réaliser une création graphique sans avoir une vision exhaustive des fonctionnalités. Comment savoir ce qui doit être mis en avant sur la page d’accueil si le périmètre fonctionnel doit pouvoir évoluer librement au cours de la production ?

D’un autre côté, donner libre cours aux créatifs contribue à fixer le périmètre fonctionnel de la page d’accueil, ce qui remet en cause l’approche agile dans son essence.

Se contenter de poser une charte graphique, puis laisser le champ libre à des ingénieurs pour la réalisation, revient à risquer de sacrifier l’expérience utilisateur.

Ce dilemme est récurrent dans les équipes s’appropriant une méthode...

Découplage des interfaces

Dans la catégorie des bibliothèques graphiques permettant de construire des interfaces, si Swing est considéré comme un composant léger, comparé à AWT, alors les interfaces web font figure de poids plume. L’usage des feuilles de style et du DHTML permettent nativement un couplage très faible entre les règles métier et les interfaces.

Cependant, certains langages permettent une architecture brouillon, voire pas d’architecture du tout. On retrouvera alors mêlés au sein d’un même script des règles métier, des interfaces et des traitements de surface. L’effet Flaccid Scrum décrit par Martin Fowler peut alors prendre des proportions dantesques. À vouloir produire rapidement un produit utilisable, dans l’objectif de valider des hypothèses, les développeurs ont parfois tendance à prendre des raccourcis qui se traduisent par une dette technique colossale.

Cette démarche a tendance à se produire lorsque la pression sur les délais est très forte et lorsque l’équipe est dans un esprit de défiance, bien souvent parce qu’elle se sent en difficulté.

L’approche que nous venons d’évoquer, consistant à former une équipe DFO (développements front office), permet de minimiser cet effet et force...

Expérience utilisateur

Bien souvent, l’expérience utilisateur, ou UX, est considérée comme un bonus qui doit être traité par un ergonome une fois que les couches métier sont développées. Bref, un truc pour les artistes.

En réalité, cela représente les sentiments que l’utilisateur va éprouver en utilisant le programme qui a été développé pour lui.

Pour bien comprendre que l’interface n’est pas la seule concernée, prenons l’exemple d’un consommateur qui peut acheter un produit sur deux sites marchands différents. Imaginons que ces deux sites soient concurrents et qu’ils aient des fonctionnalités, une ergonomie et une interface quasiment identiques. Visuellement, seule la charte graphique permet de les distinguer.

Si le consommateur n’est pas satisfait d’un produit, comme la loi le stipule, il peut le retourner et se faire rembourser ou choisir un autre article.

Les deux sites ont les mêmes processus, l’utilisateur fait sa demande de remboursement en ligne, imprime lui-même une étiquette de retour, et renvoie le colis. Le produit doit être retourné en bon état dans un délai de quinze jours. À réception, il fera l’objet d’un contrôle, sera repackagé et remis en vente.

Le site X applique ce processus...

Importance des interfaces

Nous venons de prendre la mesure de l’importance de l’expérience utilisateur, mais même dans les équipes qui en ont conscience, bien souvent les interfaces sont conçues en fonction des processus ou des données à récolter.

Pourtant, l’interface est la première impression que l’utilisateur aura de l’application.

D’ailleurs, pour comprendre l’importance des interfaces il faut parler de séduction. Une femme doit rencontrer un homme pour la première fois. Elle a entendu parler de lui, mais ne l’a jamais vu et connaît très peu de choses sur lui. Elle sait qu’elle n’est pas parfaite, elle se connaît des défauts, mais jamais elle n’ira à ce premier rendez-vous en robe de chambre, pas lavée et portant des bigoudis. 

Elle cherchera à se mettre en valeur pour séduire l’homme qu’elle convoite. Selon la culture des deux personnes, cela se traduira différemment, mais ce qui est certain, c’est qu’elle fera l’effort de se rendre désirable en tentant d’imaginer les critères de désirabilité de cet individu. Comme elle sait que le premier regard est important, elle commencera par sourire. Elle sera très attentive aux premiers échanges, cherchant à le comprendre et ne pas le blesser....