Blog ENI : Toute la veille numérique !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici

Les bonnes pratiques en JavaScript et jQuery

Les techniques à favoriser et les écueils à éviter

Nous l’avons déjà dit, JavaScript est considéré par beaucoup comme un mauvais langage. Même s’il est vrai que certains de ses aspects en font un terrain propice à l’écriture de programmes désorganisés, peu ou pas optimisés et parfois très difficiles à maintenir et à faire évoluer, il n’en reste pas moins que si l’on respecte quelques préceptes et si l’on s’astreint à un minimum de rigueur dans l’organisation des développements, rien n’est impossible avec ce langage.

Voici maintenant un ensemble de conseils sur les bonnes pratiques autour de cette organisation. 

1. De l’importance du nommage en programmation

En programmation, un développeur est constamment obligé de choisir des noms pour les entités informatiques qu’il manipule. Que ce soit un nom de répertoire, de fichier, de variable, ou de fonction.

Par laxisme, il peut lui arriver de choisir des noms de variables comme a, b1, x, Y, etc. ou des noms de fichiers comme ficCliPar.js, ficCliPar2.txt, etc. Même si l’utilisation de ces noms ne pose aucun problème fonctionnellement parlant, ils se révèlent très peu descriptifs quant à leur utilité dans le programme.

Quand le même programmeur doit reprendre un travail qu’il a terminé plusieurs mois plus tôt pour le corriger ou le faire évoluer, il doit commencer par étudier son propre code pour déduire l’utilité de chaque x, Y ou CB_1 qu’il rencontre, ce qui consomme du temps inutilement.

La règle la plus simple est de nommer intelligemment absolument toutes les variables utilisées dans les développements, y compris les simples variables utilisées dans les boucles. Appeler une variable compteurCommandes n’est pas plus compliqué que l’appeler x, mais est diablement plus instructif, en ce qui concerne sa finalité. Lorsqu’on travaille en équipe et qu’on se partage du code, il peut être maladroit d’utiliser des abréviations dans les noms de variables, car celles-ci sont toujours interprétables selon des sens qui peuvent diverger. Que peut bien vouloir signifier...

Quelques recommandations pour bien organiser son code JavaScript et jQuery

Comme déjà mentionné, le développement web est très permissif en ce qui concerne le code des pages chargées dans les navigateurs.

Nous allons maintenant voir les meilleures pratiques pour bien organiser son code.

Une page web peut contenir en son sein du code HTML, du code CSS et du code JavaScript. De plus, si cette dernière est générée dynamiquement par un serveur, elle peut également contenir des directives écrites dans le langage du serveur. En PHP ou en ASP par exemple, ou encore en Ruby, en Perl, etc., il peut aussi y avoir dans la page des directives liées à l’utilisation d’un framework, tels Angular, Backbone ou Ember.

Bref, une page web peut devenir un véritable bric-à-brac.

En HTML, un bloc de code englobé dans les balises <script> et </script> peut permettre d’écrire directement du JavaScript. Que celles-ci soient placées dans le header de la page, la section englobée par les balises HTML <head> et </head> ou dans le corps même de la page, englobée par les balises HTML <body> et </body>.

De même, tous les éléments HTML visibles à l’écran, que ce soient des balises <label>, <div>, <p>, <article>, etc. acceptent du JavaScript dans leurs attributs, en réponse aux interactions éventuelles de la part...