Blog ENI : Toute la veille numérique !
Dernière chance (fin le 29/02) : -25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Le BIM
  3. Histoire du BIM : enjeux et chronologie
Extrait - Le BIM Sa mise en oeuvre à l'heure du chantier numérique
Extraits du livre
Le BIM Sa mise en oeuvre à l'heure du chantier numérique Revenir à la page d'achat du livre

Histoire du BIM : enjeux et chronologie

Introduction

La compréhension des besoins et problèmes historiques dont le constat a initié la création et la diffusion du BIM est essentielle pour comprendre la nécessité des mécanismes intervenant au sein d’un processus BIM. En particulier, la centralité de la notion d’interopérabilité, et également le statut « ouvert » des standards de fichiers utilisés dans le BIM, s’expliquent avant tout par le constat que les solutions propriétaires n’ont pas permis la modernisation du secteur du bâtiment.

Afin de présenter une explication exhaustive des enjeux, mécanismes et impacts de ce processus de production, ce chapitre aborde les différentes phases historiques ayant mené à l’expression du besoin pour arriver à une collaboration plus efficace au sein du secteur de la construction. Le chapitre donne également une description de l’écosystème international ayant permis la création des principes du BIM. Pour finir, une rétrospective organise chronologiquement les derniers évènements qui ont marqué l’écosystème du BIM afin de replacer toutes les informations contenues dans ce manuel dans le contexte précis de l’année 2020.

Ce chapitre est ainsi placé après les chapitres consacrés...

L’exemple des méthodes collaboratives dans l’industrie

1. La nécessité d’améliorer le processus de construction

De nombreux professionnels ont pointé le manque d’efficacité caractéristique du secteur de la construction par rapport aux autres secteurs d’activité. Aux États-Unis, le National Institute of Building Science a conduit une étude montrant que sur la période 1964-2003, alors que le taux de productivité doublait dans le secteur industriel (hors secteur agricole), il diminuait dans le secteur de la construction. De nombreux facteurs, inhérents au secteur du bâtiment peuvent expliquer cette différence, par exemple la complexité de chaque ouvrage ou la diversité des acteurs concernés.

images/01DP06.png

Base 100 % en 1964. Modifié d’après les données de l’US Dept. Of Commerce et du Bureau of Labor Statistics, Teicholz, P. (2004)

Il est intéressant de consulter sur Internet la publication scientifique source : Teicholz, P. (2004, 14 April). Labor Productivity Declines in the Construction Industry : Causes and Remedies. AECbytes Viewpoint (4).

Ces chiffres sont cohérents avec les échos recueillis d’une manière générale par l’ensemble des professionnels du bâtiment. Ceux-ci sont en effet très fréquemment affectés par un travail éprouvant, de longues semaines où les heures ne sont pas comptées, de très longues réunions qui ne sont pas toutes pertinentes, des quiproquos et manques de concertation qui induisent la nécessité de casser pour refaire - et le lot de frustration et mécontentement qui y sont liés.

2. Des solutions trop spécifiques

Dans le même temps, dans l’industrie automobile et aéronautique, d’importants progrès ont été réalisés dans les années 80 par l’introduction de nombreux outils numériques améliorant significativement la productivité des bureaux d’études et des ateliers : logiciels de dessin ou de conception assistés par ordinateur (DAO/CAO), centres d’usinage automatisé et machines-outils à commande numérique (MOCN), système de gestion de production...

La mise en place du processus BIM : un virage international

Les acteurs du monde du bâtiment se sont mobilisés internationalement pour trouver des solutions innovantes pour améliorer le niveau général de collaboration et d’optimisation des procédés dans la pratique de la construction, afin d’améliorer les taux de productivité. Les choix techniques qui ont été alors faits se justifient par les défis inhérents au secteur du bâtiment, présentés dans le paragraphe précédent. La réalisation de ces objectifs, à travers la mise en place du processus BIM, s’est faite selon deux axes.

  • Le premier est la réalisation pour chaque ouvrage d’une maquette numérique du bâtiment faisant office de base de données unique pour le bâtiment. L’objectif est d’adopter une démarche similaire à celle de l’ingénierie concourante.

  • Le second axe de progression est de créer des outils permettant une collaboration très proche entre tous les intervenants d’un chantier par la création de standards d’échange communs et la mise en œuvre de l’interopérabilité.

Les premières discussions autour d’un processus de travail autour d’une modélisation de bâtiment unique (« Build Model ») datent des années 1970. Par exemple, dans sa publication titrée « Building Modelling : The Key to Integrated Construction CAD » (1986), R. Aish pointe le risque créé par l’introduction d’outils...

Historique des dernières mises à jour concernant le BIM

Ce chapitre présente chronologiquement des nouvelles du monde du BIM. Une rétrospective chronologique est importante dans le sens où elle permet de remettre facilement dans le contexte des nouvelles que vous auriez entendues d’une personne tierce au sujet du BIM. Est-ce une mini-révolution ? Est-ce une évolution attendue ? Est-ce une information déjà obsolète dans un milieu où rien n’est encore marqué dans le marbre ?

1. Le travail de veille des organismes du BTP

Pour se tenir à jour des derniers évènements et évolutions ayant impacté l’écosystème du BIM, l’une des meilleures pratiques est sans doute de consulter les sites Internet des organismes professionnels du secteur du bâtiment qui sont impliqués dans le BIM (vous pouvez voir en particulier, la « revue de presse » diffusée par l’association buildingSMART France, disponible sur le site web www.buildingsmartfrance-mediaconstruct.fr).

Le suivi de veille se réalise classiquement par l’abonnement aux pages de ces organismes sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.). Pour ne pas être débordé d’informations, une démarche raisonnée de compréhension de l’identité et des actions de chaque organisme, suivie d’une sélection du flux d’information le plus pertinent pour sa situation, sont nécessaires. Le travail de veille est typiquement un effort pour lequel le travail en groupe et bien moins fastidieux et bien plus efficace que le travail isolé.

Pour une description des organismes du BTP, rendez-vous au chapitre Le contexte du chantier numérique - section Les organismes du BTP impliqués dans la transition numérique.

Vous trouverez des références de ressources pour optimiser la gestion de vos réseaux sociaux au chapitre Mini-catalogue de ressources - section Les réseaux sociaux et outils associés.

2. Les dates importantes

1997

Publication du standard IFC 1.0, aujourd’hui obsolète

2006-2007

Publication du standard IFC 2x3 en 2006 et de sa sous-version IFC 2x3-TC1 en 2007. Ce dernier standard est le plus répandu dans l’écosystème...

Les problématiques en question à la date de rédaction du manuel (2019)

1. Situation du BIM au niveau international et local en 2019

Bien que la prise de conscience vis-à-vis du BIM soit globale, chaque pays avance à des rythmes différents dans la généralisation du BIM. Le secteur de la construction de chaque pays est en effet très fortement lié au contexte socio-culturel national. Aux inégalités dans les moyens d’action s’ajoute surtout une diversité de volontés et de manières de voir le futur de la construction selon les aspirations sociétales de chaque pays.

Les différences dans l’application du BIM au niveau international est abordé au chapitre Le processus collaboratif BIM : un enjeu sociétal - sections Considérations culturelles et Le danger de voir le BIM comme une simple compétition.

Même si le concept du BIM est déjà âgé de plusieurs dizaines d’années, le travail de normalisation est encore en cours et l’écosystème du BIM ne peut pas être considéré comme mature.

2. La théorie du BIM face aux réalités

La connaissance de l’existence du BIM et de son principe général s’est très largement diffusée dans le secteur du BTP. Nombreux sont les exemples de chantiers de grande envergure réalisés en suivant un processus BIM. Néanmoins, de nombreux professionnels considèrent actuellement que sa généralisation concrète sur les chantiers reste trop marginale. Plutôt que de redoubler d’efforts, il est peut-être temps d’adapter la pédagogie mise en œuvre....