Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Réussir avec Scrum
  3. Du traditionnel à l’agilité
Extrait - Réussir avec Scrum Des concepts à la mise en œuvre de l’agilité
Extraits du livre
Réussir avec Scrum Des concepts à la mise en œuvre de l’agilité Revenir à la page d'achat du livre

Du traditionnel à l’agilité

Limite des approches classiques

1. La gestion de projets en cascade

La transition de la gestion de projet traditionnelle à l’agilité symbolise un virage fondamental dans la façon dont une organisation pense et fonctionne. Avant d’aborder l’agilité, il est crucial de comprendre les limites des méthodes classiques, comme la gestion de projets en cascade.

La gestion de projets en cascade est un modèle dans lequel chaque phase doit être terminée avant de passer à la suivante. Cette approche séquentielle lie les différentes phases telles que l’analyse des besoins, la conception, la mise en œuvre, les tests et la maintenance de manière linéaire. L’une des principales limites de cette méthode est sa rigidité, car une fois qu’une phase est achevée, il devient difficile et coûteux de revenir en arrière pour effectuer des modifications. Cela peut poser problème si des erreurs ou des besoins changeants sont identifiés ultérieurement dans le processus.

En outre, la méthode en cascade exige que tous les besoins et exigences soient définis à l’avance, ce qui peut être problématique dans un environnement en constante évolution où les besoins des clients et du marché peuvent varier. Cette rigidité se traduit également par des délais plus longs, car chaque phase doit être terminée avant de passer à la suivante, retardant ainsi la livraison et pouvant faire perdre un avantage concurrentiel.

La communication est également limitée dans la structure séquentielle, ce qui peut conduire à des malentendus et des erreurs qui ne sont découvertes que tardivement. Cette limitation peut aussi entraîner un risque élevé, car si des problèmes sont découverts tardivement dans le processus, ils peuvent être très coûteux à résoudre. De plus, si les besoins du client changent, le projet peut même devenir obsolète avant sa livraison.

Un autre inconvénient de la méthode en cascade est le manque de collaboration avec le client, qui peut souvent être exclu de l’ensemble du processus de développement jusqu’à la phase finale. Cela peut entraîner...

Le cycle en V : une explication

1. Le fondement théorique

Le cycle en V est une méthodologie de gestion de projet, souvent utilisée dans le développement de logiciels et dans d’autres domaines où la précision et la qualité sont cruciales. Le nom "cycle en V" provient de la forme caractéristique du modèle, qui ressemble à la lettre "V", et il représente une alternative à la méthode en cascade.

Le fondement théorique du cycle en V repose sur l’idée que chaque étape du développement doit être associée à une phase de test correspondante. Sur le côté descendant du "V", le projet commence par la définition des exigences, suivie par la conception systématique, l’architecture, le développement de modules et le codage. Chaque étape doit être validée avant de passer à la suivante, similaire à la méthode en cascade.

Le côté ascendant du "V" représente les étapes de test et de validation. Chaque phase de développement est couplée à une phase de test correspondante. Par exemple, le codage est lié au test unitaire, la conception de modules au test de module, etc.

La forme en "V" illustre que chaque étape de développement est intimement liée à une étape de validation. Ceci garantit que les problèmes sont détectés et corrigés au fur et à mesure qu’ils se produisent, plutôt qu’à la fin du projet.

Le cycle en V met également l’accent sur l’engagement du client ou de l’utilisateur tout au long du processus, ce qui assure que le produit final répond aux besoins et aux attentes de l’utilisateur.

Bien que moins flexible que certaines méthodes agiles, le cycle en V permet néanmoins des ajustements en cours de route. Si un problème est détecté lors de la phase de test, il peut être remonté au niveau de conception correspondant pour être corrigé....

L’agilité : le nouveau centre de la gestion de projet

1. Retour sur son origine

L’agilité est aujourd’hui au cœur de la gestion de projet moderne, mais son origine remonte aux années 1990, bien avant que le terme "agile" ne devienne populaire dans ce contexte. La nécessité d’une nouvelle approche de gestion de projet est née du désir de s’éloigner des méthodologies traditionnelles, souvent rigides et hiérarchiques, qui ne pouvaient pas répondre efficacement aux besoins changeants et aux environnements de projet dynamiques.

L’approche agile a été formalisée en 2001 avec la publication du Manifeste agile, un document rédigé par un groupe de dix-sept professionnels de l’informatique. Ils ont identifié les valeurs et principes communs qui sous-tendent une méthode de travail plus souple, adaptative et centrée sur l’humain. Le Manifeste met en avant quatre valeurs fondamentales :

  • les individus et leurs interactions plutôt que les processus et les outils ;

  • le fonctionnement du logiciel plutôt que la documentation exhaustive ;

  • la collaboration avec le client plutôt que la négociation contractuelle ;

  • l’adaptation au changement plutôt que le suivi d’un plan.

Ces valeurs sont complétées par douze principes qui orientent l’approche agile vers une collaboration continue, une rétroaction fréquente et une adaptation constante aux changements.

L’agilité propose donc une alternative aux méthodologies traditionnelles, comme la gestion de projets en cascade ou le cycle en V, en se concentrant sur la flexibilité, la collaboration et la réactivité. Depuis sa création, différentes méthodes agiles ont émergé, telles que Scrum, Kanban et Lean, chacune avec sa propre interprétation des valeurs et principes du Manifeste agile.

L’adoption de l’agilité a permis aux équipes de projet de travailler de manière plus transparente et efficace, de mieux répondre aux besoins des clients et de s’adapter rapidement aux changements de l’environnement commercial. Cela a transformé la façon dont les projets sont gérés dans...

Scrum : une méthodologie agile

Scrum est une méthodologie agile très prisée, axée sur la collaboration, la transparence et la livraison continue de valeur. Elle est utilisée principalement dans le développement de logiciels, mais elle est aussi adaptable à divers types de projets. Voici une présentation générale de Scrum en tant que méthodologie agile :

Scrum divise le développement en cycles appelés sprints, qui durent généralement de deux à quatre semaines. Chaque sprint vise à produire un élément fonctionnel du produit.

Au sein de Scrum, nous distinguons trois rôles principaux : le Product Owner, responsable de définir les priorités du produit selon les besoins des clients et des parties prenantes ; le Scrum Master, qui s’assure du bon déroulement du processus Scrum ; et l’équipe de développement, qui met en œuvre les éléments choisis du produit.

Le processus commence avec la planification du Sprint, où l’équipe détermine ce qui sera développé pendant le sprint. Chaque jour, l’équipe tient une mêlée quotidienne, une réunion rapide pour synchroniser les activités et planifier les 24 heures à venir.

Scrum utilise trois principaux artefacts :...

Synthèse des différences entre la gestion de projets traditionnelle et agile

La gestion de projets traditionnelle et la gestion de projets agile représentent deux approches distinctes du développement et de la livraison de produits ou de projets.

images/02DP04.png

La compréhension de ces méthodologies peut être grandement améliorée en examinant le schéma des deux triangles, chacun symbolisant l’une des méthodes. 

1. La gestion de projets traditionnelle : la stabilité des fonctionnalités

Dans la gestion de projets traditionnelle, le triangle est orienté avec les fonctionnalités au sommet. Cela symbolise la priorité donnée à la définition claire et stable des fonctionnalités dès le début du projet. Le but est de livrer exactement ce qui a été convenu, avec des spécifications bien définies. Cependant, cette fixation sur les fonctionnalités implique souvent que les coûts et les délais, situés à la base du triangle, sont susceptibles de varier. Ils sont ajustés en fonction des besoins pour atteindre les fonctionnalités fixées. Cette approche souligne une planification détaillée et une gestion rigoureuse des changements pour éviter toute modification substantielle du périmètre.

2. La gestion de projets agiles :...