Blog ENI : Toute la veille numérique !
Dernière chance (fin le 29/02) : -25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. L'impression 3D FDM
  3. Montage et calibration mécanique
Extrait - L'impression 3D FDM Le guide complet pour vos impressions 3D (2e édition)
Extraits du livre
L'impression 3D FDM Le guide complet pour vos impressions 3D (2e édition)
1 avis
Revenir à la page d'achat du livre

Montage et calibration mécanique

Les points clés du montage de votre imprimante 3D

Que votre imprimante soit livrée en kit ou non, il est important de vérifier certains points de montage. De grosses erreurs d’impression peuvent être dues à un mauvais montage.

1. La première erreur des débutants

Lorsque vous réceptionnez une imprimante 3D en kit ou déjà montée, vous n’avez qu’une hâte : l’utiliser le plus rapidement possible ! En effet, l’excitation est palpable chez tous les débutants qui se lancent en impression 3D. La principale erreur des débutants est de vouloir aller trop vite dans le montage de leur imprimante 3D.

Monter une imprimante 3D demande de la patience et de la minutie. Sur certaines imprimantes, la structure est montée en moins de dix minutes, alors que sur d’autres (les Prusa-Like), cela peut prendre des heures, voire des jours ! Ne vous pressez pas et trouvez-vous un moment pour vous investir pleinement dans le montage de votre imprimante 3D.

Donc, lorsque vous montez une imprimante 3D en kit, prenez bien le temps qu’il faut. Quelques exemples de temps de montage :

  • Creality CR-10 : environ 10 à 15 minutes

  • Creality Ender 3 : environ 30 à 45 minutes

  • Dagoma DiscoEasy 200 : environ 5 à 7 heures

  • Anet A8 : environ 5 à 7 heures

  • Prusa i3 MK3 : environ 10 heures

2. Les points clés mécaniques

a. Parallélisme

Pendant le montage de votre imprimante, il faudra vous assurer de son parallélisme, c’est-à-dire que tous les éléments qui doivent être parallèles le sont bien (châssis, axes, tiges...).

images/Ch4_S1_2_1_IMG1.png

Les axes de guidage sont parallèles au châssis

b. Jeu sur les axes

Les différents éléments mobiles de votre imprimante 3D (tête d’impression et/ou plateau) doivent pouvoir être bougés facilement à la main, imprimante éteinte. Si tel n’est pas le cas, c’est que votre parallélisme n’est pas bon et qu’un axe force sur un des côtés.

Les guides linéaires ne doivent pas présenter...

La séquence de remise à l’origine des axes

Avant de passer à la calibration mécanique, vous devez comprendre la séquence de base de toute imprimante 3D : la séquence de remise à l’origine des axes.

Lorsque vous démarrez une nouvelle impression 3D, l’imprimante va très souvent débuter par une remise à l’origine des axes. Cette remise à l’origine des axes est incluse dans le G-Code de démarrage (start G-Code) de tous les slicers 3D via la commande G28. Cette séquence est plus communément appelée homing ou séquence auto-home. Littéralement, ces dénominations signifient en anglais : retour à la maison.

Cette séquence est nécessaire à l’imprimante 3D pour repérer la position de chaque axe. En effet, lors du homing, les axes vont se déplacer vers les différents capteurs de fin de course afin de connaître les limites du volume d’impression. Ainsi, dans le firmware de l’imprimante, la position de la tête d’impression et du plateau pourra être initialisée. Lorsque les capteurs de fin de course positionnent la tête d’impression en dehors de la zone imprimable (c’est le cas sur des imprimantes comme l’Anet A8), des offsets logiciels sont appliqués à chaque axe pour définir...

Les trois piliers de la calibration mécanique

Quel que soit votre type d’imprimante 3D, vous devrez passer par des réglages essentiels au bon fonctionnement de votre machine.

Mais avant de régler les paramètres de votre imprimante ou de votre logiciel de découpe, il est important de procéder à la calibration de base, que j’appelle "les 3 piliers d’une bonne calibration d’une imprimante 3D". Si ces piliers ne sont pas respectés, vos réglages futurs risquent de ne pas être bons et vous risquerez de chercher un problème là où il n’y en a pas.

Les étapes dans l’ordre sont : le parallélisme, la distance buse-plateau et le réglage de la tension des courroies.

1. Premier pilier : le parallélisme

Avant de parler parallélisme, parlons de la notion de parallèle. Nous allons donc revenir sur les notions de base de géométrie. Alors, tout d’abord, que veut dire parallèle ? En géométrie, on parle de deux droites parallèles lorsque celles-ci n’ont aucun point en commun. Elles vont dans la même direction et ne se croisent pas.

images/Ch4_S3_1_IMG1.png

On parle également de plans parallèles lorsque deux plans sont parallèles l’un par rapport à l’autre. En impression 3D par dépôt de filament fondu, le plan représenté par le déplacement de la buse sur les axes X et Y devra constamment être parallèle au plan défini par le plateau d’impression. Si ce plan est incliné par rapport au plateau, l’impression sera plus écrasée d’un côté et aura tendance à se décoller de l’autre !

images/Ch4_S3_1_IMG2.png

Le parallélisme est le premier réglage à effectuer sur une imprimante 3D, sans quoi la correction de la planéité du plateau par le palpage en quatre points ou neuf points sera faussée...