Blog ENI : Toute la veille numérique !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Exchange Server 2016
  3. Configuration du stockage
Extrait - Exchange Server 2016 Configurez et gérez votre environnement de messagerie
Extraits du livre
Exchange Server 2016 Configurez et gérez votre environnement de messagerie Revenir à la page d'achat du livre

Configuration du stockage

Notion de services de boîtes aux lettres

images/chap6.png

Comme nous l’avons vu au travers des chapitres précédents, le rôle serveur de boîtes aux lettres joue un rôle crucial dans la mesure où il s’agit du cœur même d’Exchange 2016. En effet, il assure le stockage des boîtes aux lettres et des dossiers publics ainsi que les protocoles d’accès client, pour le rendu des informations, les services de transport, ainsi que la messagerie unifiée.

Au travers de ces composants, le rôle serveur de boîtes aux lettres fournit la quasi-totalité des services d’une plateforme Exchange. Le présent chapitre traite de la configuration du stockage reposant sur les bases de données Exchange. 

Ainsi, ne vous étonnez pas de ne pas retrouver un chapitre traitant du rôle serveur de boîtes en termes de stockage, ou dédié aux services de transport. Les protocoles d’accès client et les services de transport sont traités respectivement dans les chapitres Configuration des protocoles d’accès client et Configuration du routage de messages. La messagerie unifiée n’est pas traitée dans cet ouvrage.

Introduction aux bases de données Exchange

L’implémentation des services de boîtes aux lettres passe par l’implémentation des bases de données Exchange.

Exchange 2010 a introduit la notion de base de données, présente dans son rôle serveur de boîtes aux lettres. Cette notion de base de données a succédé à la notion de banque de bases de données que l’on retrouve dans les versions antérieures à Exchange 2010.

Les bases de données Exchange 2016 vont être employées pour stocker les éléments relatifs à la messagerie et également permettre au travers du DAG de mettre en œuvre les éléments de réplication nécessaires pour assurer la disponibilité des informations.

1. Éléments hébergés dans une base de données Exchange

Ce qui nous intéresse ici, ce sont les informations contenues dans les bases. On va y retrouver les éléments suivants :

  • Les boîtes aux lettres des utilisateurs, contenant entre autres les messages, les calendriers, contacts, tâches, etc.

  • Les boîtes aux lettres d’archives, contenant les archives des utilisateurs (sous Exchange 2016, les boîtes aux lettres d’archives peuvent être placées dans une base de données distincte de la base de données où réside la boîte aux lettres de l’utilisateur).

  • Les dossiers publics, contenant les éléments partagés accessibles par tout ou partie des utilisateurs.

  • Les boîtes aux lettres système : réservées à Exchange. Elles sont créées et placées dans la base de données par défaut créée pendant le processus d’installation d’Exchange 2016.

2. Fin de la distinction entre les bases de données

Sous Exchange 2010, nous distinguions deux types de bases de données :

  • Les bases de données de boîtes aux lettres : ces bases de données contenaient entre autres, les boîtes aux lettres individuelles des utilisateurs, ainsi que leurs archives.

  • Les bases de données de dossiers publics : elles contenaient les dossiers publics, éléments partagés entre utilisateurs.

Depuis Exchange 2013, cette...

Mécanismes de fonctionnement des bases de données

1. Identification des bases de données

Compte tenu de l’architecture proposée par Exchange 2016, dans laquelle les bases sont vues au travers de l’organisation et des mécanismes du DAG impliquant des copies actives et passives, il est essentiel de pouvoir garantir l’unicité des bases de données au sein de l’organisation. De ce fait, Exchange affecte un GUID (Global Unique IDentifer) afin d’identifier chaque base de façon unique.

  • La commande suivante sous l’Exchange Management Shell (EMS) vous permet d’afficher le GUID de chacune de vos bases de données :


Get-MailboxDatabase | fl Identity, GUID
 

Elle permet d’afficher le nom de la base (paramètre Identity) ainsi que le GUID :

images/06CE05.PNG

Concernant les copies gérées au travers du DAG, il faut noter que le GUID sera identique entre la copie active et les copies passives d’une même base de données.

Penchons-nous maintenant, au travers de l’illustration ci-dessus, aux noms des bases de données et plus particulièrement à la première listée, Mailbox Database 0037667253.

Il s’agit de la base de données par défaut, créée lors de l’installation d’Exchange. La valeur qui suit le nom de la base est une séquence numérique de 10 chiffres générée aléatoirement pendant l’installation d’Exchange, permettant d’éviter les conflits sur les noms des bases de données par défaut. En effet, dans la mesure où d’une part, lorsque l’on déploie un serveur Exchange 2016, une base de données par défaut est créée et que d’autre part les bases de données sont vues au travers de l’organisation, et ce, indistinctement du serveur qui les héberge et de son domaine d’appartenance...

Administration des bases de données

L’administration des bases de données va consister à effectuer les actions de gestion sur les bases de données (création, suppression, montage, démontage, paramètrage…), à partir du Centre d’administration Exchange ou en ligne de commande via l’Exchange Management Shell.

Avant de passer à l’administration, nous allons préciser quelques notions sur les paramètres d’une base de données.

1. Paramètres d’administration des bases de données

Les paramètres d’administration des bases de données comprennent les éléments relatifs à la maintenance, aux limites et au carnet d’adresses en mode hors connexion.

Montage et démontage des bases de données

Le montage d’une base de données permet de la rendre disponible (en ligne) afin d’être utilisée par les clients. À l’inverse, le démontage va la rendre indisponible. Aujourd’hui, le démontage d’une base de données (mise hors ligne) n’est plus aussi important que par le passé, comme sous Exchange 2007 ou 2010.

Le démontage d’une base va principalement nous servir dans les déplacements de bases de données ou toute autre opération nécessitant un accès exclusif aux fichiers de bases de données, notamment pour un diagnostic ou une opération de maintenance. Dans la mesure où la majeure partie des manipulations de maintenance se font aujourd’hui en ligne, ces opérations ne sont plus autant sollicitées que dans le passé.

Le montage de bases de données va également permettre la gestion de vos bases de données en fonction des contraintes imposées par votre licence. En effet, la licence Standard d’Exchange, par exemple, est dite limitée à cinq bases de données. En fait, rien ne vous empêche d’en créer plus, mais vous ne pourrez en monter que cinq simultanément.

Maintenance

Les opérations de maintenance d’Exchange 2016 font référence à une série d’actions réalisées par Exchange 2016 sur les bases de données permettant de les optimiser et de garantir leur intégrité....