Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Exchange Server 2016
  3. Support opérationnel d'Exchange 2016
Extrait - Exchange Server 2016 Configurez et gérez votre environnement de messagerie
Extraits du livre
Exchange Server 2016 Configurez et gérez votre environnement de messagerie Revenir à la page d'achat du livre

Support opérationnel d'Exchange 2016

Introduction

images/chap12.png

Une plateforme Exchange 2016 opérationnelle et en production marque l’entrée dans une nouvelle phase d’actions sur l’environnement de messagerie. Ainsi, cette phase d’exploitation, qui est l’aboutissement de la phase projet, est tout aussi importante. En effet, le service opérationnel qui est utilisé au quotidien devra être maintenu. Il est donc essentiel de s’assurer du bon fonctionnement des infrastructures de messagerie qui vont constituer, avec la gestion des destinataires, la majeure partie des missions de gestion des plateformes. Parmi ces missions, nous allons avoir une série d’actions récurrentes telles la surveillance ou la gestion d’incidents mais également des actions plus ponctuelles telles les sauvegardes et les restaurations, ainsi que dans les cas exceptionnels, la reprise après sinistre. 

Maintenance d’Exchange 2016

La maintenance sous Exchange 2016 va comprendre plusieurs aspects, essentiels pour le bon fonctionnement des services de messagerie, même si la plupart ne seront pas visibles par les clients. Ainsi, la maintenance va comprendre les activités de supervision (monitoring) au quotidien des infrastructures de messagerie, la maintenance des bases de données, la collecte et l’analyse des métriques, ainsi que le support fourni au travers des diagnostics en vue de résoudre les incidents et problèmes rencontrés.

1. Supervision d’Exchange 2016

La supervision est essentielle pour garantir le bon fonctionnement de vos infrastructures informatiques, et Exchange 2016 ne déroge pas à la règle. Cette supervision peut être effectuée au travers de solutions existantes déjà en place au sein de l’entreprise, ou via une multitude d’outils tiers, dont Microsoft SCOM (System Center Operations Manager) par exemple. Ils vont permettre de détecter des anomalies et d’entreprendre les actions correctives nécessaires.

Nous n’allons pas traiter de ces outils dans le présent chapitre, l’idée étant ici d’utiliser les moyens à notre disposition sur nos plateformes (mais nous vous recommandons de vous appuyer sur des outils de ce type).

Nous allons nous concentrer ici sur la collecte d’informations significatives de nos infrastructures de messagerie permettant sa bonne gestion. Car si l’on se focalise très souvent sur la détection de pannes, il n’en demeure pas moins que la collecte de métriques est fondamentale pour la gestion de nos plateformes de messagerie.

a. L’intérêt des baselines

La collecte des métriques liées aux services de messagerie va nous permettre de récupérer les éléments ayant trait notamment à la performance de nos systèmes telles les ressources disponibles (processeur, disque), ainsi qu’une série d’indicateurs comme les temps de réponse ou le niveau de sollicitation des différentes fonctionnalités.

La collecte de ces différents indicateurs et leur archivage va servir à constituer une baseline. Par baseline, on entend un point de référence qui va nous servir à...

Sauvegarde et récupération

Exchange 2016 met à disposition des administrateurs différents mécanismes permettant d’assurer la sauvegarde, la restauration de bases de données, ou encore une reprise après sinistre.

1. Sauvegarde

Le contexte de la sauvegarde de données des services de travail collaboratif d’Exchange n’a cessé d’évoluer au fil des années. L’élément principal qui nous conduit systématiquement à revoir nos stratégies de sauvegarde est l’augmentation significative du volume de données à sauvegarder, ainsi que leur restauration, dans une optique de disponibilité maximale.

Depuis Exchange 2010, et naturellement sous Exchange 2016, Microsoft invite les administrateurs à se poser la question de la nécessité de mettre en place une sauvegarde sous Exchange 2016.

Ceci n’est en aucun cas une apologie de la stratégie "zéro sauvegarde", mais plutôt une réflexion lancée sur l’identification des fonctionnalités requises pour vos systèmes de sauvegarde. De ce fait, même si les mécanismes de sauvegarde proposés nativement par les systèmes d’exploitation Windows Server demeurent basiques, ils peuvent se révéler être amplement suffisants dans bon nombre de scénarios.

a. Pourquoi sauvegarder ?

La mise en place d’une stratégie de sauvegarde permet essentiellement la récupération de données supprimées par inadvertance ou suite à un sinistre. Les restaurations de ces données sont très souvent chronophages et présentent des risques non négligeables, surtout lorsqu’il s’agit simplement de restaurer un message perdu dans une boîte aux lettres.

Voyons quelques scénarios nécessitant une restauration ainsi que les fonctionnalités proposées par Exchange pour y répondre sans recourir à une sauvegarde.

Perte de données stockées dans un fichier PST d’archivage

Cette problématique ne se pose plus dans la mesure où Exchange 2016 propose non seulement la création d’une boîte aux lettres d’archivage, mais permet également de stocker cette dernière dans la base...