Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Ma petite entreprise au quotidien
  3. Les achats et les charges
Extrait - Ma petite entreprise au quotidien Du bilan à l'analyse financière : comprendre, gérer, analyser
Extraits du livre
Ma petite entreprise au quotidien Du bilan à l'analyse financière : comprendre, gérer, analyser
1 avis
Revenir à la page d'achat du livre

Les achats et les charges

Introduction

Les charges sont constituées de tout ce que l’entreprise doit supporter pour les besoins de son activité, dans son processus de vente et/ou de production.

Quelle que soit leur nature, elles viennent en déduction des produits pour le calcul du résultat net.

Les charges sont à considérer pour leur montant H.T. (sauf dans le cas d’une activité exonérée ou dans le régime de franchise en base, ce sera alors le montant TTC).

Les achats pour l’activité

Les achats sont des charges nécessaires à l’exercice de l’activité et donc du métier de l’entrepreneur. Ils sont de plusieurs natures en fonction de cette activité.

Les marchandises

Dans une activité commerciale, lorsque l’entreprise n’intervient pas pour apporter une transformation à ses achats, on parle de marchandises.

Les marchandises achetées sont de plusieurs sortes, cependant, elles sont toujours destinées à la revente « en l’état ».

Les achats de marchandises suivent la demande des clients : plus l’entreprise a de commandes et de ventes, plus elle achète.

Sauf dans le cas d’achats sur commandes pour livraison directe aux clients, les marchandises sont alors stockées et la gestion des stocks permet à l’entreprise :

  • d’avoir une réponse immédiate à la demande,

  • d’anticiper sur des délais de livraison de la part des fournisseurs,

  • de gérer les approvisionnements au moindre coût.

Les logiciels de gestion commerciale, ainsi que les PGI permettent la gestion des approvisionnements et des stocks, ainsi que les commandes et livraisons de la part des fournisseurs.

D’autre part, avec ces outils informatiques, l’inventaire est permanent. Le chef d’entreprise connaît les quantités...

Les charges de l’activité quotidienne

Dans la gestion quotidienne d’une entreprise, certaines charges sont intégrées à l’activité. Cependant, certaines dépendent totalement du niveau de ventes, d’autres sont présentent même durant les périodes de fermeture.

Les charges fixes courantes

Les charges de l’entreprise sont fixes lorsqu’elles ne dépendent pas directement du niveau de l’activité, en effet, quel que soit le nombre de ventes réalisées dans l’exercice, le loyer, par exemple ne va pas varier.

En revanche, les charges fixes unitaires diminuent par rapport aux quantités vendues.

Exemple

Un loyer de 10 000 € représente une charge fixe, pour 5 000 ventes, le prix unitaire est de : 10 000 / 5 000 = 2 €.

Pour 2500 ventes, le prix unitaire est de 10 000 / 2 500 = 4 €

D’autre part, les charges fixes sont dues même lors de l’arrêt de l’activité durant les périodes de fermeture de l’entreprise.

Exemple

Les salaires sont versés aux salariés durant les jours et les semaines de fermeture.

Pour toute activité, certaines charges fixes sont incontournables :

  • les énergies, comme l’eau, le gaz et l’électricité,

  • les abonnements de téléphonie...

Les échéances des charges et le bilan

En fonction du régime d’imposition de l’entreprise, la comptabilité des charges est prise en compte de manière différente.

Les micro-entreprises

Les charges ne sont pas déductibles pour obtenir le résultat final dans le régime de la micro-entreprise, que ce soit en BIC ou en BNC.

En effet, l’imposition est calculée sur le chiffre d’affaires réalisé et encaissé après avoir soustrait un abattement forfaitaire pour frais professionnels :

  • 71 % pour les activités commerciales,

  • 50 % pour les prestataires de services,

  • 34 % pour les activités relevant des BNC.

Toutefois, les charges pouvant devenir importantes, l’entreprise peut avoir intérêt à opter pour un régime différent.

À retenir :

Même si la comptabilité des charges n’est pas obligatoire, la micro-entreprise peut toujours en faire un état annuel, trimestriel ou mensuel afin de calculer le bénéfice réellement dégagé par l’activité. Elle évaluera ainsi l’intérêt de rester sous le régime micro ou de passer à un autre régime.

Les entreprises en régime simplifié

Pour les entreprises en réel simplifié, ce sont les bénéfices dégagés sur un exercice qui sont pris en compte pour l’imposition.

Le bénéfice est calculé entre le chiffre d’affaires réalisé, auquel s’ajoutent les divers autres produits, et les charges supportées dans le cadre de l’activité.

L’entreprise tient alors une « comptabilité de trésorerie », à partir des relevés bancaires :

  • Les recettes sont les encaissements sur les relevés bancaires et il convient d’identifier la nature de chacun.

  • Les dépenses sont les décaissements, justifiés par des factures, des avis d’imposition, des taxes, la TVA déclarée, les salaires, les charges patronales…

À la fin de l’exercice, des charges doivent être constatées pour la déclaration finale :

  • Les achats pour lesquels les dettes sont engagées.

  • Les amortissements...