Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. La convergence de la sécurité et du réseau dans le cloud
  3. Le monde du travail change, le SI aussi
Extrait - La convergence de la sécurité et du réseau dans le cloud Secure Access Service Edge (SASE)
Extraits du livre
La convergence de la sécurité et du réseau dans le cloud Secure Access Service Edge (SASE) Revenir à la page d'achat du livre

Le monde du travail change, le SI aussi

La crise sanitaire : un accélérateur d’une nouvelle organisation

« Je travaille. À quoi ? Mais... à tout ; car la pensée est une vaste porte à chaque instant poussée [...] »

Victor Hugo

Avant même la crise sanitaire, le télétravail commençait à s’immiscer timidement dans les méthodes - historiquement très présentielles - de l’organisation du travail à la française. Je constate qu’aujourd’hui, le télétravail, qui est un marqueur de la période pandémique, s’installe pour de bon, imposant aux organisations de revoir leurs pratiques, leurs critères de performances, mais aussi leurs outils numériques à l’heure de l’ATAWAD (anytime, anywhere, any device - n’importe quand, n’importe où, avec n’importe quel appareil) ». Symbole de cette transformation : l’émergence de solutions dites de digital workplace pour les collaborateurs.

1. Le télétravail s’impose dans le quotidien

« Le travail, c’est la santé. » Peut-être. « Le télétravail, c’est la santé. » Sans aucun doute alors que la planète fait face à une pandémie mondiale en 2020. Parce que c’est alors une question de vie ou de mort, le 17 mars 2020, la France se réveille en télétravail. Un réveil brutal et inattendu pour les entreprises. 41 % des salariés travaillent à distance. Pour près de la moitié d’entre eux, c’est une première1. Une véritable expérimentation à marche forcée dans un pays où la culture du présentéisme reste très prégnante....

SI : nouveau terrain de jeu des criminels

« Oublier la cybersécurité, c’est rouler à 200 km/h à moto sans casque. »

Guillaume Poupard

Dans un monde hyperconnecté, le sujet du cyber-risque a désormais quitté l’univers feutré des spécialistes de l’IT pour faire la une des médias grand public. À la manœuvre : des mafias spécialisées qui utilisent de nouveaux modes opératoires, comme les désormais tristement célèbres rançongiciels. Si les organisations ont mis du temps à prendre conscience du niveau de menace, elles sont aujourd’hui obligées d’anticiper les attaques en réinventant leurs systèmes de sécurité. 

1. De nouvelles menaces pèsent sur les organisations

C’est triste à dire, mais alors qu’Internet a été créé pour que les gens s’épanouissent et s’enrichissent mutuellement de connaissances, la gratuité et la bienveillance n’y ont aujourd’hui plus franchement leur place. Internet est devenu un champ de bataille. Des groupes s’emparent de cet espace pour piller et revendre des données. Et ainsi servir leurs intérêts financiers, idéologiques ou politiques. Imaginez un peu : si le cyber-risque était un pays, il serait la troisième économie mondiale, juste après les États-Unis et la Chine19. Les mafias vivent avec leur temps. Après le trafic d’alcool, de tabac, de drogue, d’armes et d’êtres humains, elles ont fait de la cybercriminalité leur nouveau terrain de jeu. Un constat confirmé en 2021 par Guillaume Poupard, le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité...

Comment la virtualisation s’est-elle imposée dans l’univers des SI ?

« Tout nuage n’enfante pas une tempête. »

William Shakespeare

Quête de souplesse, de performances, de réactivité... En constante mutation, les organisations se sont massivement tournées vers les services managés, puis vers le Cloud, pour répondre à leurs enjeux opérationnels et techniques. Aujourd’hui, la virtualisation est partout et devrait encore se renforcer dans les prochaines années alors que le Cloud continue sa marche de progression à un rythme soutenu. Retour sur cette révolution douce qui s’est immiscée dans l’univers feutré des services informatiques. Avec, pour symbole, l’évolution majeure du métier de DSI.

1. Externaliser, c’est performer

Dans les années 1990, les organisations ont commencé à se tourner vers des prestataires spécialisés dans la sécurité informatique pour veiller sur leur propre système d’information. État des lieux et vérification de la sécurité informatique, gestion du système de détection d’intrusions ou des mises à jour, intégration de solutions techniques… autant de services externalisés pour mieux « performer ». Les prestataires apportent alors des garanties de délais et de niveaux de service dans un contexte où les compétences dans ce domaine étaient encore rares et coûteuses.

Quelle que soit leur taille, la plupart des organisations décident alors d’externaliser une partie ou la totalité de leur SI. Les avantages du recours aux services managés sont nombreux : bénéficier d’une expertise pointue, gagner en efficacité...

À quoi ressemblera votre réseau d’entreprise demain ?

« Le cloud nous évite de réinventer la roue. »

David Larose, CIO (Chief Information Officer) mairie de Drancy

Rythme d’innovation technologique toujours plus rapide côté fournisseurs, crise sanitaire qui révèle la nécessité de garantir l’agilité du SI, tensions sur les infrastructures en raison du télétravail, augmentation sans précédent des cyberattaques... Tous les voyants semblentaujourd’hui au vert pour que les entreprises revoient leurs modèles SI ces prochains mois afin de lutter contre une obsolescence toujours redoutée. Le Cloud offre la facilité et la souplesse attendues par les organisations. Demain, elles trouveront aussi leur intérêt à y faire converger la connectivité et la sécurité. Pas besoin de préparer de faire-part ni d’enveloppe : le SASE est né.

1. L’accélération de l’obsolescence des SI

Il est coutume de dire que le réseau est le « parent pauvre » de l’IT. Autrement dit : personne ne s’y intéresse vraiment. À tort ? Sans doute, car si on y réfléchit bien, le réseau est un peu comme les fondations d’une maison. Quand vous faites construire, il est rare de passer de longues heures à discuter avec votre architecte sur le plan des fondations. Le sujet est pourtant loin d’être accessoire. C’est précisément ce qui fait tenir votre maison ! Pour l’IT, c’est la même chose : le réseau est trop souvent perçu comme le segment le moins palpitant, à moindre valeur ajoutée. Pourtant, il est la pierre angulaire de votre système d’information....